Ban Ki-moon appelle à protéger les plus vulnérables en dépit de la crise

4 septembre 2010
Eradiquer l'extrême pauvreté est l'un des Objectifs du Millénaire pour le développement.

La prudence fiscale et des mesures visant à protéger les personnes vulnérables peuvent être mises en œuvre dans le même temps, a déclaré le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, qui participait au Forum européen sur la crise financière internationale et les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), à Alpbach, en Autriche.

Il a exhorté les pays riches à ne pas abandonner leurs engagements à aider les pays pauvres à réduire la pauvreté et stimuler le développement social.

« Je félicite les pays dont les plus récents budgets ont conservé un fort engagement pour le développement mondial, malgré les pressions fiscales », a déclaré Ban Ki-moon, faisant plusieurs propositions lors de la rencontre pour « donner coup de fouet aux efforts des pays en développement dans leurs efforts pour réduire la pauvreté ».

« Premièrement, nous devons respecter les engagements internationaux de développement, l'incertitude économique ne doit pas être une excuse à faire marche arrière et renoncer à ces engagements. Un partenariat mondiale reste la pierre angulaire de la réalisation des OMD », a-t-il indiqué.

Définis par les Etats Membres de l'ONU en 2000, les OMD sont au nombre de huit et doivent être réalisés avant en 2015 : réduire de moitié l'extrême pauvreté, assurer une éducation primaire pour tous, promouvoir l'égalité des sexes, réduire la mortalité infantile, améliorer la santé maternelle, combattre des maladies telles que le VIH/sida et le paludisme, préserver l'environnement et construire un partenariat mondial pour le développement.

« Des emplois doivent également être créés et plus de ressources investies dans les énergies propres et renouvelables pour stimuler le développement technologique et combattre les changements climatiques », a ajouté le Secrétaire général, prônant des investissements dans les secteurs ayant un impact réel, comme l'autonomisation des femmes, les énergies renouvelables et les infrastructures.

« Dans les domaines de la santé maternelle et infantile, c'est là que nous sommes les plus en retard, mais c'est également là que l'on peut obtenir le meilleur retour sur investissement et la plus forte impulsion pour réaliser tous les OMD », a encore poursuivi Ban Ki-moon.

Le Secrétaire général a ensuite souligné qu'en 2010, 64 millions de personnes supplémentaires aller tomber dans l'extrême pauvreté et que le nombre de personnes sous-alimentées avait dépassé 1 milliard pour la première fois de l'histoire de l'humanité.

La hausse des prix qui entrave l'accès aux médicaments et la crise financière mondiale ont eu des répercussions importantes sur l'éducation, l'emploi, la santé et la nutrition, a également rappelé le patron de l'ONU.

Beaucoup a été fait, mais beaucoup plus peut-être fait, selon Ban Ki-moon.

« Le temps qu'il reste est limité, mais il y en a encore assez pour faire ce qui est nécessaire. Malgré les revers, malgré les obstacles, nous pouvons atteindre les OMD », a-t-il estimé.

« Ces derniers mois, j'ai visité plusieurs pays d'Afrique. Partout, j'ai vu comment l'innovation, la croyance et la persévérance pouvait engendrer le succès. J'ai vu ce qui peut être accompli lorsque les partenaires prennent des mesures globales et cohérentes, luttent ensemble contre la pauvreté, la faim et la maladie. Si le monde peut mobiliser en peu de temps 20 trillons de dollars pour répondre à la crise économique, il y a peu d'excuses pour ne pas trouver les ressources beaucoup plus modestes qui sont nécessaires pour faire le dernier kilomètre vers la réalisation des OMD », a-t-il conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.