Afghanistan : campagne de vaccination, après un cas de poliomyélite dans le nord

2 septembre 2010
Un enfant afghan reçoit un vaccin oral contre la polio.

L'ONU lance dimanche une campagne de vaccination de trois jours destinée à protéger 1,5 millions enfants après la découverte d'un cas de poliomyélite dans une zone du nord-est de l'Afghanistan, exempte du virus depuis plus d'une décennie.

Le cas de poliomyélite a été identifié dans le district d'Imam Sahib, dans la province de Kunduz. La source du virus pourrait être le Tadjikistan voisin, où une épidémie importante est en cours, mais aussi le résultat des mouvements de population transfrontaliers avec le Pakistan, en raison des inondations qui s'y produise depuis le début du mois d'août.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et le ministère afghan de la santé publique ont lancé un plan d'intervention rapide pour prévenir la propagation de la maladie.

Pendant trois jours, à partir de ce dimanche, à 1,5 millions d'enfants de moins de cinq ans vont donc être vaccinés dans cinq provinces voisines: Badakhshan, Takhar, Kunduz, Baghlan et Balkh.

Pour s'assurer qu'aucun enfant n'est pas vacciné, les équipes chargées de la campagne feront du porte-à-porte. Des cliniques mobiles seront aussi mises en place, tandis que des équipes fixes seront mises en place dans tous les hôpitaux et des postes de vaccination installés aux points de passage frontaliers.

« Les régions du nord de l'Afghanistan ont été exemptes de poliomyélite depuis 10 ans, c'est pourquoi il est d'autant plus important de contenir la maladie et éviter sa propagation via de nouveaux foyers dans les régions voisines », a indiqué le Représentant de l'UNICEF dans le pays, Peter Crowley.

La poliomyélite, également connu comme la paralysie infantile, est une maladie extrêmement contagieuse et potentiellement mortelle. Les poliovirus sauvages pourraient infecter pratiquement tous ceux qui ne sont pas encore vaccinés. L'Afghanistan est l'un des quatre pays dans le monde qui n'est pas encore parvenu à éradiquer la maladie, avec l'Inde, le Nigéria et le Pakistan.

Selon Peter Graaff, même après la campagne de vaccination qui débutera dimanche, la surveillance doit être renforcée dans les régions nord du pays.

« Nous aurons également besoin de renforcer les mécanismes de coordination transfrontaliers, notamment la synchronisation des campagnes de vaccination entre les pays, la surveillance et le partage des données, en s'appuyant notamment sur la coopération existant déjà entre l'Afghanistan et le Pakistan », a-t-il estimé.

Chaque année, le ministère afghan de la Santé publique et de ses partenaires effectuent au moins quatre campagnes de vaccination nationale et quatre campagnes au niveau local dans le sud, l'est et l'ouest du pays.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.