L'ONU ouvre son premier bureau de surveillance du référendum au Sud-Soudan

2 septembre 2010
Une femme vote lors des élections générales d'avril 2010, à Juba, au Soudan.

Dans la perspective du référendum d'autodétermination qui se déroulera en janvier 2011 au Sud-Soudan, la Mission des Nations Unies au Soudan (MINUS) a inauguré mercredi dans l'Etat d'Équatoria occidental son premier bureau chargé de surveiller le scrutin.

Dans la perspective du référendum d'autodétermination qui se déroulera en janvier 2011 au Sud-Soudan, la Mission des Nations Unies au Soudan (MINUS) a inauguré mercredi dans l'Etat d'Équatoria occidental son premier bureau chargé de surveiller le scrutin.

Plusieurs hauts fonctionnaires et responsables politiques locaux, ainsi que des membres du Bureau du référendum au Sud-Soudan et du Haut Comité pour le référendum dans l'Etat d'Équatoria occidental ont participé à la cérémonie d'inauguration de ce premier bureau dans le comté de Mundri.

Dans les quatre prochains mois, la MINUS a l'intention d'établir une présence et d'ouvrir des bureaux identiques dans les 79 comtés du Sud-Soudan, afin d'aider à surveiller le processus référendaire et à fournir un soutien logistique et des conseils techniques aux organisateurs du scrutin.

Au lendemain des élections générales d'avril 2010, les deux parties à l'Accord de paix global de 2005 ont demandé à la MINUS d'assumer un rôle plus important à l'approche du référendum sur l'autodétermination au Sud-Soudan programmé le 9 janvier 2011.

Après l'inauguration du bureau du comté de Mundri, le ministre des affaires gouvernementales du gouvernement du Sud-Soudan, Kosti Ngai Manibe, a appelé tous les citoyens à coopérer avec la MINUS, en veillant à ce que le scrutin se déroule avec succès à la date prévue.

Le gouverneur de l'Etat d'Équatoria occidental, Joseph Bangasi Bakosoro, a de son côté salué le soutien apporté par la MINUS à l'organisation du référendum et demandé à la mission d'augmenter encore son niveau d'assistance.

Pour sa part, le Coordonnateur régional de la MINUS au Sud-Soudan, David Gressly, a estimé que l'ouverture du premier bureau était « emblématique de l'engagement de la MINUS », qui souhaite que le scrutin soit exemplaire, pour que les résultats soient « universellement reconnus ».

« Les deux parties accueillent très bien l'appui des Nations Unies à ce scrutin, parce qu'il n'est pas important seulement pour le Sud-Soudan, mais aussi pour l'ensemble du Soudan. Aujourd'hui, le processus est lancé, c'est un jour symbolique », a-t-il dit ajouté.

Une dizaine de membres de la MINUS seront déployés dans le bureau de Mundri, dont deux conseillers de la police de l'ONU chargés d'offrir une formation aux forces de l'ordre locales sur les mesures de sécurité à mettre en place lors du référendum.

Trois autres bureaux de surveillance du scrutin seront bientôt ouverts dans les comtés de Terekeka au centre de l'Etat d'Equatoria occidental, de Koch County, dans l'Etat d'Al Ouahdah et de Maban, dans l'Etat du Nil supérieur.

Pendant les deux mois à venir, le rythme d'ouverture de ces bureaux de surveillance va s'accélérer. « Dans les semaines à venir, la construction et l'ouverture de 16 nouveaux bureaux sera réalisée », a conclu David Gressly.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.