RDC : l'ONU va publier un rapport sur des violations des droits de l'homme

2 septembre 2010

La Haute commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a annoncé jeudi qu'un rapport identifiant les plus graves violations des droits de l'homme en République démocratique du Congo (RDC) entre 1993 et 2003 sera rendu public le 1er octobre 2010.

« Suites aux demandes, nous avons décidé de répondre à l'inquiétude des Etats en accordant un mois supplémentaire afin qu'ils puissent commenter la première ébauche », a déclaré Navi Pillay. « Et j'ai offert la possibilité de publier de tels commentaires parallèlement au rapport lui-même ».

L'exercice d'identification et ses résultats sont d'une ampleur sans précédent, couvrant les incidents sur 10 ans et sur tout le territoire de la RDC, et pas uniquement dans l'est du pays déchiré par la guerre. Le rapport dénombre plus de 600 incidents entre 1993 et 2003 au cours desquels une dizaine de milliers de personnes ont été tuées.

La plupart des attaques ont été menées à l'encontre des populations civiles, en majorité des femmes et des enfants. Plus de 1.280 témoins ont été entendus pour corroborer ou invalider les allégations de violations des droits de l'homme et plus de 1.500 documents ont été collectés et analysés pendant les deux années de recherche et de rédaction du rapport.

L'objectif de ce document est « de formuler une série de solutions qui visent à assister le gouvernement de RDC pour identifier des mécanismes de justice transitionnelle afin d'évaluer la légalité de ces violations, en terme de vérité, de justice, de réparation et de réforme », a indiqué jeudi le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Viols de masse en RDC : l'ONU appelle à la fin de l'impunité

Les viols sauvages de masse sur des civils perpétrés par des groupes armés dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) montrent une fois de plus la nécessité de mettre un terme à l'impunité qui prévaut pour les auteurs de ces crimes, a insisté mardi la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour les violences sexuelles dans les confits, Margot Wallström.