L'ONUSIDA appelle à continuer à investir dans la lutte contre le sida

1 septembre 2010
Le directeur de l'ONUSIDA, Michel Sidibé (à gauche) et le directeur général d'AusAID, Peter Baxter, à Canberra.

A l'issue de sa première visite officielle en Australie, le Directeur exécutif du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), Michel Sidibé, a mis l'accent sur la nécessité, pour la communauté internationale, de mobiliser 10 milliards de dollars américains supplémentaires afin d'atteindre les objectifs fixés par les pays pour un accès universel à la prévention, au traitement, aux soins et à l'appui en matière de VIH.

A l'issue de sa première visite officielle en Australie, le Directeur exécutif du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), Michel Sidibé, a mis l'accent sur la nécessité, pour la communauté internationale, de mobiliser 10 milliards de dollars supplémentaires afin d'atteindre les objectifs fixés par les pays pour un accès universel à la prévention, au traitement, aux soins et à l'appui en matière de VIH.

A quelques semaines de la réunion sur la reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, Michel Sidibé et Peter Baxter, le Directeur général du programme de l'Agence australienne pour le Développement international (AusAID) se sont rencontrés dans la capitale Canberra pour discuter du maintien et du renforcement des investissements dans la lutte contre le sida.

« A l'heure actuelle, dix millions de personnes vivant avec le VIH sont en attente d'un traitement qui leur sauverait la vie. Si nous ne parvenons pas à réunir les fonds manquants, la promesse de l'accès universel restera lettre morte pour des millions d'humains », a déclaré M. Sidibé lors de cette rencontre.

Le Directeur exécutif a remercié M. Baxter pour le soutien d'AusAID à la riposte au VIH, en particulier dans la région Asie-Pacifique, et pour son engagement récent à augmenter de près de 900.000 dollars la contribution de cette agence à l'ONUSIDA. Il a par ailleurs exprimé sa crainte de voir d'autres donateurs maintenir leur niveau actuel de financement, voire de le réduire, après des années de hausses régulières et substantielles de leurs investissements en faveur de la lutte contre le VIH.

A Canberra, M. Sidibé a également rencontré Jane Halton, la Secrétaire du ministère de la Santé et des Personnes âgées, ainsi que Bruce Miller, le Directeur général adjoint du bureau australien des évaluations nationales.

M. Sidibé s'est vu décerner un prix par une coalition d'organisations impliquées dans l'action contre le VIH en Australie, en reconnaissance de sa contribution personnelle à la riposte au sida.

Il a également participé au lancement du centre Michael Kirby pour la santé publique et les droits de l'homme. Ce nouveau centre de recherche, qui met l'accent sur le lien entre droits de l'homme et santé publique, associe des scientifiques, des juristes, des médecins praticiens et des universitaires de l'école de santé publique et de médecine préventive de l'université Monash. Michael Kirby, ancien juge de la Haute Cour australienne et expert reconnu des droits de l'homme, vient d'être nommé pour siéger à la nouvelle Commission mondiale sur le VIH et le droit.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.