Esclavage moderne : l'ONU lance un plan contre la traite des êtres humains

31 août 2010
Ban Ki-moon.

Les Nations Unies ont lancé mardi un plan d'action mondial de lutte contre la traite des êtres humains et appelé les gouvernements du monde entier à prendre des mesures coordonnées et cohérentes pour vaincre ce fléau.

Lancé lors d'une réunion de l'Assemblée générale de l'ONU, à New York, ce plan prévoit l'intégration de la lutte contre la traite des êtres humains dans plusieurs programmes de l'ONU. L'Assemblée générale a également appelé à la création d'un Fonds de contributions volontaires pour venir en aide aux victimes de la traite, en particulier les femmes et les enfants.

Intervenant en ouverture de la réunion, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a estimé que ce plan d'action mondial était « un appel vibrant » lancé aux États Membres, aux organisations internationales et aux groupes issus de la société civile sur la nécessité de prendre des mesures immédiates « pour faire cesser ce crime terrible contre la dignité humaine, qui nous fait honte à tous ».

Selon l'ONU, plus de 2,4 millions de personnes sont actuellement exploitées, victimes de personnes ou d'organisations qui pratiquent la traite d'êtres humains.

« C'est de l'esclavage moderne », a souligné Ban Ki-moon dans sa déclaration. « Chaque année, des milliers de personnes, principalement des femmes et des enfants, sont exploitées par des criminels qui les utilisent pour le travail forcé ou le commerce du sexe. Aucun pays n'est à l'abri. Presque tous y jouent un rôle. Soit comme un réservoir de personnes, soit comme un point de transit, soit comme une destination », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a également appelé les pays et les donateurs privés à contribuer généreusement au Fonds de contributions volontaires pour les victimes de la traite que l'ONU entend créer.

« Ce fonds vise à aider les gouvernements, les organisations intergouvernementales et les organisations non gouvernementales (ONG) à disposer de moyens financiers pour offrir aux victimes la protection et le soutien dont elles ont besoin pour leur rétablissement physique, psychologique et social. Après avoir été exploitées et maltraitées, ces personnes vulnérables ne devraient en aucun cas être punis », a poursuivit Ban Ki-moon.

Le plan d'action mondial de l'ONU, qui met l'accent sur la prévention de la traite des êtres humains, la poursuite des criminels à l'origine de ces pratiques et la protection des victimes, met aussi en avant l'importance de disposer de données précises sur le trafic d'être humain, via des recherches, des statistiques et des analyses sur ce problème.

« Nous devons améliorer notre connaissance et notre compréhension de ce crime si nous voulons prendre des décisions politiques efficaces et procéder à des interventions ciblées », a encore ajouté le Secrétaire général, devant les Etats Membres.

Pour lui, la seule manière de lutter contre la traite des êtres humains est de renforcer les partenariats entre les États, les organisations internationales et non gouvernementales et les programmes lancés par l'ONU, comme l'Initiative mondiale des Nations Unies contre la traite des êtres humains (UN-GIFT) lancée au début de 2007.

Dans son allocution devant les Etats Membres, le Président de l'Assemblée générale, Ali Treki a lui aussi rappelé les violations des droits de l'homme que constituait la traite des êtres humains, pour mieux souligner ensuite l'importance de la lutte à engager.

« Les enlèvements, la coercition, le trafic à travers les frontières nationales et internationales, l'obligation faites à des femmes et des enfants de se livrer au commerce du sexe, la servitude? tout ça ne doit pas être acceptée dans le monde d'aujourd'hui », a-t-il insisté.

« A mesure que ce crime odieux prospère, des milliers d'hommes, de femmes et d'enfants sont dépossédés de leur sécurité, de leur liberté et leur dignité. La traite des êtres humains ravage les familles et déchire des communautés. Avant que l'histoire nous le rappelle, nous ne pouvons pas faire du temps présent, la période au cours de laquelle communauté internationale savait mais n'a pas agi ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.