L'UNESCO déplore la mort d'un journaliste somalien

27 août 2010

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a déploré vendredi la mort du journaliste somalien Barkhad Awale Adan, qui a été tué le 24 août à Mogadiscio lors d'affrontements armés entre les forces du Gouvernement fédéral de transition et des combattants du mouvement insurrectionnel Al-Shabaab.

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a déploré vendredi la mort du journaliste somalien Barkhad Awale Adan, qui a été tué le 24 août à Mogadiscio lors d'affrontements armés entre les forces du Gouvernement fédéral de transition et des combattants du mouvement insurrectionnel Al-Shabaab.

« Je déplore la mort de Barkhad Awale Adan », a-t-elle déclaré. « La presse somalienne paye un tribut exorbitant à l'instabilité régnant dans le pays. Les belligérants doivent respecter l'immunité des journalistes. Sans celle-ci, sans sécurité, aucun droit d'expression digne de ce nom ne peut être assuré, alors même qu'il s'agit d'un droit de l'homme fondamental, » a-t-elle rappelé.

L'Union nationale des journalistes somaliens (NUSOJ), citée par le réseau Échange international de la liberté d'expression (IFEX), a qualifié de « journaliste éminent » ce vétéran des médias somalien. Barkhad Awale Adan, qui avait 60 ans, était à la tête de Radio Humar, une station appartenant à une organisation de la société civile. Il se trouvait sur le toit de la radio, aidant un technicien à réparer l'émetteur, lorsqu'il a reçu une balle dans le ventre, a précisé pour sa part le Comité pour la protection des journalistes (CPJ). Son décès a été constaté lors de son admission à l'hôpital.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Somalie : l'ONU souligne l'impact du conflit dans toute la Corne de l'Afrique

Les deux attentats qui ont secoué le mois dernier la capitale ougandaise, Kampala, et qui ont été revendiqués par les milices islamistes somaliennes Al Shebab, confirment que le conflit en Somalie a des répercussions qui dépassent largement les frontières de ce pays, a estimé jeudi le Représentant spécial de l'ONU pour la Somalie, Augustine Mahiga.