RDC : l'ONU indignée par les viols de 150 civils par des rebelles dans l'est

24 août 2010

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, s'est dit indigné mardi par les viols et les agressions sexuelles dont ont été victimes au moins 154 civils congolais, lors d'une attaque récente par des éléments armés Maï-Maï et les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), dans la province du Nord-Kivu, à l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

« Ces graves incidents illustrent à nouveau le niveau de violence sexuelle ainsi que l'insécurité qui continuent d'affecter la RDC », a souligné son porte-parole, Martin Nesirky, dans un communiqué.

« Le Secrétaire général réitère son appel à la démobilisation des groupes armés en RDC et leur adhésion au processus de paix en cours. Il appelle également les autorités congolaises à mener une enquête sur ces incidents, à poursuivre en justice les auteurs de ces crimes et à renouveler leurs efforts pour mettre fin à l'insécurité qui sévit dans cette partie du pays », a-t-il ajouté.

Le porte-parole de Ban Ki-moon a également rappelé que l'ONU appuyait "les efforts du gouvernement de la RDC visant à lutter contre l'impunité et protéger les civils contre les violations du droit international humanitaire et des droits de l'homme, notamment toutes les formes de violence sexuelle ».

Compte tenu de la gravité de l'incident, le Secrétaire général a décidé de dépêcher immédiatement sur place Atul Khare, Sous-Secrétaire général aux opérations de maintien de la paix. Il a également demandé à sa Représentante spéciale pour la violence sexuelle dans les conflits, Margot Wallström, de prendre en charge la réponse de l'ONU à cet incident.

Selon la presse, le 30 juillet, des insurgés hutus des FDLR et des miliciens Maï-Maï ont attaqué la ville de Luvungi, dans la province du Nord-Kivu, gardant le contrôle de la localité jusqu'au 3 août. Pendant quatre jours, les rebelles ont pillé les maisons et violé systématiquement les femmes de Luvungi et des environs. Au total, 179 cas de violences sexuelles ont été signalés. Toujours selon la presse, qui cite des sources humanitaires sur place, presque tous ces viols ont été commis en réunion, souvent devant les maris et les enfants des victimes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : l'ONU confirme le viol de plus de 150 femmes dans le Nord-Kivu

Une équipe conjointe des Nations Unies sur les droits de l'homme a confirmé lundi le viol d'au moins 154 femmes par un groupe de rebelles du Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) et des combattants Maï-Maï dans plusieurs villages, dans la province du Nord-Kivu, à l'est de la République démocratique du Congo (RDC).