Syrie : le PNUD restaure des souks pour stimuler l'activité économique

18 août 2010

Dans le nord-est de la Syrie, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a financé la restauration des souks de la ville de Deir Ezzor, dans le cadre d'un programme visant à intensifier l'activité économique dans la région, en favorisant la promotion du tourisme, tout en préservant le patrimoine historique.

Dans le nord-est de la Syrie, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a financé la restauration des souks de la ville de Deir Ezzor, dans le cadre d'un programme visant à intensifier l'activité économique dans la région, en favorisant la promotion du tourisme, tout en préservant le patrimoine historique.

Autrefois destination privilégiée des ménages syriens pour leurs achats quotidiens, les souks de Deir Ezzor assuraient un revenu régulier à un grand nombre de commerçants de la ville et de la région. En 2009, ils n'étaient plus ouverts que quelques heures par jour, pour assurer la vente des matériaux de construction aux acheteurs des villages voisins, l'état de délabrement des lieux ayant finalement découragé les derniers acheteurs. Le vieux souk, autrefois vibrant et prospère, a fini par n'être plus que l'ombre de lui-même.

A Deir Ezzor, une ville de 250.000 habitants qui connait le niveau de pauvreté le plus élevé de Syrie, la restauration de ce centre commercial était devenue une urgence.

Pendant un an, le PNUD et ses partenaires, notamment l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), ont donc lancé un programme pilote de restauration des souks. Amélioration des systèmes d'évacuation et d'assainissement des eaux, mise aux normes des réseaux d'électricité et de téléphone, réhabilitation structurelles avec restauration des murs et des plafonds, aujourd'hui plus de 65 échoppes ont été entièrement rénovées et la cité qui était l'une des portes de l'Empire Ottoman a retrouver un peu de sa splendeur.

Les nouvelles échoppes qui ont investi les lieux proposent aujourd'hui toute sorte de marchandises : vêtement, fourrures exotiques, épices, maroquinerie, souvenirs pour touristes et outils pour agriculteurs et charpentiers. Désormais, les souks sont ouverts 9 heures par jour, sans interruption. Les chalands s'y pressent, à commencer par les touristes, attirés par l'ambiance du lieu, la variété des produits artisanaux proposés ou la beauté des vieilles portes en bois du souk restaurées.

Dans le cadre de ce programme pilote, plus d'une vingtaine de vendeurs ont même bénéficié d'une formation destinée à renforcer leurs savoir-faire en matière de services à la clientèle, tant et si bien que les magasins dégagent désormais des bénéfices en hausse constante.

Au cours des 18 prochains mois, le gouvernement syrien a prévu d'étendre ce programme pilote à autres 300 boutiques supplémentaires et d'assurer la formation de quelque 50 nouveaux propriétaires d'échoppes.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Syrie : Manque de fonds pour aider les gens affectés par la sécheresse

Une sécheresse sans précédent a détruit les moyens de subsistance de plus d'un million de personnes en Syrie et l'ONU manque de fonds pour assister les populations affectées, a alerté lundi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).