Darfour : libération des deux policiers de la MINUAD enlevés samedi

17 août 2010

Deux policiers de la Mission conjointe de l'ONU et de l'Union africaine au Darfour (MINUAD) enlevés samedi dernier, à Nyala, dans le Sud Darfour, ont été libérés, indique la MINUAD dans un communiqué publié mardi.

« Les deux policiers ont été libérés dans la localité de Kass et immédiatement transportés à l'hôpital de la MINUAD, à Nyala, où ils ont suivi des examens médicaux. Ils sont apparus en bonne santé et devraient être transférés vers Khartoum », ajoute la mission onusienne.

« Nous sommes heureux de les avoir parmi nous à nouveau, ils ont l'air d'être dans un bon état d'esprit et je salue leur courage pendant cette épreuve », s'est réjoui le Représentant spécial conjoint adjoint de la MINUAD, Mohammed Yonis, qui les a accueillis à Nyala.

La libération des deux policiers est intervenue lundi, après des discussions à Nyala entre Mohammed Yonis et une équipe conjointe de la MINUAD et du gouvernement soudanais qui travaillait depuis samedi à la résolution pacifique de cet enlèvement.

« Nous sommes très reconnaissants au gouvernement soudanais pour son soutien dans leur libération », a encore ajouté Mohammed Yonis. Les autorités se sont également engagées à poursuivre les auteurs des ces kidnapping pour les déférer à la justice.

Les deux policiers avaient été enlevés par des hommes armés samedi, à quelques centaines de mètres de leur domicile. Lundi, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avait dénoncé les attaques « répétées » contre du personnel de la MINUAD ou des organisations humanitaires déployées sur le terrain.

Par ailleurs, une équipe d’évaluation inter-agences humanitaires a pu accéder lundi après-midi au camp de Kalma au Darfour dont l’accès était bloqué depuis le 2 août dernier. Mais, cet accès a été une nouvelle fois refusé mardi.

L’équipe a confirmé l’amélioration de la situation sécuritaire notamment grâce aux patrouilles de la MINUAD, a indiqué mardi le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA). L’équipe d’humanitaires a pu fournir des médicaments d’urgence et assez de carburants pour faire fonctionner les pompes à eau du camp.

Des soldats de la MINUAD avaient dû intervenir le 25 juillet dernier pour mettre un terme aux tensions dans le camp. Dans la nuit, des coups de feu, qui n’ont pas fait de victimes, avaient été tirés. Les auteurs des tirs se sont eux-mêmes identifiés comme faisant partie de la faction d'Abdul Wahid, de l'Armée de libération du Soudan (ALS), l’un des groupes rebelles qui combat depuis 2003 contre les forces gouvernementales soudanaises.

Kalma est le plus grand camp de déplacés au monde où vivent environ 80.000 personnes. Depuis 2004, la guerre civile au Darfour a fait plus de 300.000 morts et 2,7 millions de déplacés.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Darfour : enquête en cours après l'enlèvement de deux soldats de la paix

Deux policiers de la Mission conjointe des Nations Unies et de l'Union africaine au Darfour (MINUAD) ont été enlevés samedi matin à proximité de Nyala, la capitale du sud du Darfour au Soudan. Une enquête est en cours, a indiqué samedi la MINUAD par communiqué de presse.