L'ONU lance l'Année internationale de la jeunesse sur fond de crise économique

12 août 2010

La Journée internationale de la jeunesse, célébrée ce jeudi, marque aussi le lancement de l'Année internationale de la jeunesse, dont les thèmes sont le dialogue et la compréhension mutuelle. Pour le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans le contexte actuelle de crise internationale, il est en effet « essentiel que les jeunes apprennent à s'écouter avec attention, à sympathiser, à reconnaître l'existence d'opinions divergentes et à résoudre les conflits ».

« Aujourd'hui, la situation sociale et économique difficile justifie amplement que l'on prête une attention spéciale à la jeunesse », a souligné le Secrétaire général dans son message adressé à l'occasion du lancement de cette Année internationale de la jeunesse.

Pour lui, « la crise économique mondiale a un effet disproportionné sur les jeunes : ils perdent leur emploi, doivent se battre pour trouver un emploi même faiblement rémunéré et voient leurs possibilités de faire des études réduites ». Ce constat fait écho au dernier rapport rendu public mercredi par l'Organisation internationale du Travail (OIT), qui révélait que 81 millions de jeunes de 15 à 24 ans étaient sans emplois fin 2009, soit « le chiffre le plus haut jamais atteint ».

Selon Ban Ki-moon, accorder une attention particulière à la jeunesse du monde entier pendant l'année à venir est donc à la fois « un impératif moral », « une nécessité pour le développement » et « une chance ». « L'énergie propre aux jeunes peut rallumer une économie qui vacille », a-t-il estimé.

« En eux, nous pouvons voir non seulement la prochaine génération de dirigeants mais aussi des acteurs essentiels du présent », a-t-il encore souligné, avant de demander aux générations plus anciennes de reconnaître qu'elles ont aussi « beaucoup à apprendre de l'expérience et de l'exemple des jeunes dans un monde de plus en plus interconnecté ».

Au cours de cette Année internationale, l'ONU et ses partenaires vont chercher à encourager le dialogue et la compréhension entre les jeunes et les générations, ainsi qu'à accroître leur participation aux processus décisionnels. Dans son message, le Secrétaire général a d'ailleurs appelé les Etats Membres de l'ONU à accroître d'urgence leurs investissements dans les programmes sociaux et économiques à destination de la jeunesse.

Au siège de l'ONU, à New York, le lancement de cette Année internationale de la jeunesse a été marqué par plusieurs évènements. L'Assemblée générale a accueilli jeudi des projections, des performances musicales et un récital de poésie. Plusieurs responsables onusiens devaient aussi prendre la parole devant les Etats Membres.

Le Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales, Sha Zukang, devait notamment faire le point sur les réalisations et les objectifs du Programme de l'ONU pour la Jeunesse, créé en 1985 par les Etats Membres, et devenu l'outil central de l'ONU pour améliorer la prise de conscience de la situation globale de la jeunesse et de ses aspirations.

La Directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), Thoraya Obaid, devait lire elle une déclaration conjointe des chefs des agences de l'ONU, rappelant l'engagement et le soutien du système des Nations Unies aux questions liées au développement de la jeunesse.

L'Agence des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat) a annoncé de son côté son intention de subventionner 51 projets proposés par des jeunes originaires de 31 pays, via son Fonds de soutien aux programmes en faveur de la jeunesse urbaine.

L'ONU a également mis en place un site internet dédié à cette Année internationale de la jeunesse.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.