Face la propagation de la polio, l'Angola vaccine 5,6 millions d'enfants

6 août 2010
Un enfant reçoit un vaccin contre la polio.

Après la publication d'un rapport alarmant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) mettant en garde contre les risques de propagation de la polio à l'échelle mondiale à partir de l'Angola, les autorités lance vendredi une campagne nationale de vaccination pour vacciner 5,6 millions d'enfants.

Après la publication d'un rapport alarmant de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) mettant en garde contre les risques de propagation de la polio à l'échelle mondiale à partir de l'Angola, les autorités lance vendredi une campagne nationale de vaccination pour vacciner 5,6 millions d'enfants.

A cette occasion, l'OMS et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) appellent toutes les administrations publiques et les communautés du pays à s'assurer que tous les enfants de moins de cinq ans du pays bénéficient de cette vaccination à grande échelle.

Depuis le début de l'année, le ministère angolais de la Santé a signalé 19 cas de poliovirus sauvages dans le pays, dans les provinces de Luanda, Bengo, Huambo, Bie, Lunda Norte et Lunda Sul. Les virus découvert en l'Angola ont également été identifiés de l'autre côté de la frontière, en République démocratique du Congo. Plusieurs experts internationaux ont fait part de leur préoccupation quant à la propagation dans la région de la maladie et mis en garde contre le coût très élevé des campagnes d'intervention d'urgence qui seraient alors nécessaires stopper la propagation de la maladie.

« Les virus de la polio voyage de village en village et de pays en pays, via les enfants non vaccinés. Le faible niveau de vaccination, le manque d'infrastructures d'assainissement de l'eau en Angola et en Afrique expose les enfants à la polio et d'autres maladies infectieuses », a indiqué le représentant de l'UNICEF en Angola, le Dr Koenraad Vanormelingen.

Cette année, l'Angola compte 25% des cas de polio en Afrique et pourrait devenir un véritable épicentre de la propagation de la maladie dans les pays voisins, puis sur le continent. La campagne de vaccination lancée ce vendredi fournit une réelle opportunité pour le pays de renverser cette situation, à condition que chaque enfant de moins de cinq ans soit vacciné dans les trois prochains jours.

« Les stratégies d'éradication de la poliomyélite fonctionnent. Comme nous l'avons vu à travers le monde, nous devons nous assurer que les agents de santé chargés de la vaccination atteignent tous les enfants en même temps », a souligné le Représentant par intérim de l'OMS en Angola, Rui Gama Vaz.

En 2004 déjà, la même stratégie avait déjà permis d'interrompre la propagation de la maladie dans le pays, mais le manque de suivi ces dernières années a entrainé sa réapparition.

Conscients de cette réalité, les dirigeants de l'Angola ont pris cette fois des mesures drastiques pour lutter contre l'épidémie. Les soutiens financiers provenant de sources multiples ont été mis en commun et 9,3 millions de dollars ont été investis dans un plan national d'urgence, qui comprend des campagnes nationales et un soutien à la vaccination routinière dans 32 municipalités clés, afin que la couverture atteigne au moins 90% de la population.

L'UNICEF et l'OMS ont réitéré leur soutien au gouvernement angolais dans la mise en œuvre de ce plan d'urgence destiné à arrêter la polio cette année. Des dizaines de milliers de bénévoles, des agents de santé, des parents, des militants sociaux, ainsi que les chefs de communauté, les chefs religieux et traditionnels vont se rendre systématiquement, de maison en maison, de village en village à travers le pays, pour vacciner tous les enfants de moins de cinq ans.

« Eradiquer la polio en Angola est possible. Ensemble, nous y sommes parvenus ailleurs et nous pouvons donc le faire aussi dans ce pays. Mais, comme nous l'avons vu ailleurs, dans des pays désormais exempte de poliomyélite, cela nécessite la mobilisation de toutes les composantes de la société », a rappelé le représentant de l'UNICEF en Angola, Koenraad Vanormelingen.

« Comme nous l'avons vu au cours des dernières années, l'éradication de la poliomyélite nécessite des investissements massifs et continus, ainsi que des efforts de tout le système de santé pour s'assurer que chaque enfant se fait vacciner. Nous ne pouvons plus nous permettre de dire que nous avons oubié un ou deux enfants », a souligné de son côté le Représentant par intérim de l'OMS en Angola, le Dr Rui Gama Vaz.

La campagne nationale de vaccination qui commence vendredi 6 août durera deux jours, avant une autre campagne programmée du 10 au12 septembre prochain.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.