Népal : s'attaquer au problème des droits de l'homme est vital pour le processus de paix

5 août 2010
Richard Bennett, représentant du Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme au Népal.

Mettre un terme aux violations des droits de l'homme et lutter contre l'impunité, voilà les deux défis majeurs que le Népal doit relever pour que le processus de paix engagé depuis 2006 porte ses fruits, selon le Représentant du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) au Népal, Richard Bennett.

Mettre un terme aux violations des droits de l'homme et lutter contre l'impunité, voilà les deux défis majeurs que le Népal doit relever pour que le processus de paix engagé depuis 2006 porte ses fruits, selon le Représentant du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) au Népal, Richard Bennett.

Ce responsable des Nations Unies, dont le mandat s'achève bientôt, rencontrait jeudi le Premier ministre népalais, Madhav Kumar Nepal, pour l'informer de son départ imminent. Il était accompagné de son adjoint, Jyoti Sanghera, qui assurera l'intérim jusqu'à la nomination et l'arrivée d'un nouveau représentant.

Lors de son entretien avec le Premier ministre, Richard Bennett a insisté sur le lien entre le processus de paix en cours et la situation des droits de l'homme dans le pays. Il a salué les initiatives du Premier ministre et de son cabinet pour lutter contre les violences faites aux femmes.

Il a également loué l'ouverture du gouvernement au travail du Comité de suivi de la Conférence de Durban, chargé de mettre en œuvre la Déclaration et le Programme d'action de la conférence mondiale contre le racisme organisée en 2009 en Afrique du Sud, en prenant des dispositions pour la protection des droits des minorités ethniques, religieuses et linguistiques. Au Népal, le Comité de suivi représente les communautés et individus vulnérables, comme les femmes, les Dalits (caste des intouchables), les Madhesis (communauté du sud du pays) et les personnes handicapées.

« La manière dont les groupes les plus vulnérables et les plus marginalisés sont traités dans une société permet de se faire une idée de cette société », a rappelé le Représentant du HCDH.

Richard Bennett a ensuite exprimé sa profonde inquiétude devant le manque de progrès réalisés dans la lutte contre l'impunité. Il a appelé à de nouveaux efforts pour avancer sur des cas emblématiques d'exactions impliquant tant le Parti communiste unifié du Népal (UCPN-maoïste) que l'État népalais. Il a également demandé que des mécanismes de justice transitionnelle soient mis en place, en conformité les standards internationaux.

La justice transitionnelle est la manière dont les sociétés en transition de la guerre à la paix abordent le legs des exactions et des violations des droits de l'homme commises pendant le conflit. Elle implique la mise en œuvre de mesures établissant la responsabilité pour les crimes commis dans le passé.

Le Premier ministre népalais a reconnu l'importance de ces préoccupations et salué le rôle joué par le Haut Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU dans son pays.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.