RDC : le navigateur Titouan Lamazou s'engage dans la lutte contre les violences sexuelles

5 août 2010
Des femmes font la cuisine dans un centre pour les victimes de violences sexuelles à Goma, en RDC.

Le navigateur et artiste français Titouan Lamazou et son organisation non gouvernementale (ONG) Lysistrata participe depuis le mois juillet à la lutte contre les violences sexuelles et l'impunité dans le Nord-Kivu, en République démocratique du Congo (RDC), en partenariat avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

Le navigateur et artiste français Titouan Lamazou et son organisation non gouvernementale (ONG) Lysistrata participe depuis le mois juillet à la lutte contre les violences sexuelles et l'impunité dans le Nord-Kivu, en République démocratique du Congo (RDC), en partenariat avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR).

On connaît Titouan Lamazou, le navigateur, champion du monde de course au large à la voile de 1986 à 1990 et vainqueur du Vendée Globe en 1990, la première course en solitaire autour du monde sans escale. On connaît aussi Titouan Lamazou, le peintre et l'écrivain, nommé « Artiste pour la paix » par l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) en 2003, pour son projet Femmes du Monde –un tour du monde de six ans, à la rencontre de femmes à la destinée singulière dont il a fait les portraits.

On connaît désormais Titouan Lamazou, l'activiste, engagé avec son ONG Lysistrata, dans la défense des droits des femmes en Afrique, continent qu'il a parcouru entre 2003 et 2004, et dont il a gardé en mémoire l'horreur des violences sexuelles subies par les femmes déplacées.

« J'ai décidé de compléter mon témoignage par une action concrète, en créant l'association Lysistrata et en lançant un programme spécifique de soutien en faveur des femmes de Butembo, une ville du Nord-Kivu en RDC », explique-t-il.

Butembo accueille des milliers de déplacés internes qui fuient les exactions des rebelles ougandais de l'Armée de libération du seigneur (LRA). Parmi eux, beaucoup de femmes, souvent veuves et ostracisées par leur communauté parce qu'elles ont été victimes d'abus sexuelles par des rebelles de la LRA. Elles ont décidé de s'unir dans différentes associations, qui se sont ensuite réunies au sein d'une plateforme commune nommée « Solidarité des Associations Féminines pour les Droits des Femmes » (SAFDF). L'objectif est de mettre en commun leurs ressources pour mieux prendre en charge les victimes de violences sexuelles, en leur apportant un soutien médical, psychosocial, juridique et économique.

Pour Titouan Lamazou, « il fallait les aider à s'aider elles-mêmes ». Son ONG Lysistrata, soutenue financièrement notamment par le ministère français des affaires étrangères et la Ville de Paris, travaille avec SAFDF, pour développer ce système de mutualisation des ressources et des initiatives.

« Le développement des moyens de transports, de sensibilisation et d'accueil font partie des objectifs majeurs de Lysistrata, leur amélioration est fondamentale pour limiter les atrocités répertoriées chaque jour », explique Titouan Lamazou, qui estime que le transfert des auteurs de violences vers les tribunaux doit être assuré, que la sécurité sur les routes doit être renforcée, que des structures d'accueil et d'écoute de femmes traumatisées par une excision, un viol ou tout autre acte de violence doivent être créées.

Titouan Lamazou et Lysistrata sont aussi partenaires du HCR, qui joue un rôle primordial en matière de lutte contre les violences sexuelles en RDC. L'agence de l'ONU est en effet chargée de coordonner la composante « prévention et protection » de la stratégie nationale congolaise de lutte contre les violences sexuelles.

« Dans ce cadre, le HCR met en œuvre des campagnes d'information et de sensibilisation », explique Mohammed Boukry, le délégué du HCR en RDC, qui se félicite de cette nouvelle collaboration avec Titouan Lamazou et son ONG. « C'est un artiste célèbre, qui a une grande connaissance de la RDC et qui nous aidera à faire passer les messages clés ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.