Iles du Pacifique : il est urgent d'agir contre le changement climatique, plaide Ban Ki-moon

4 août 2010

Face à la montée des eaux à laquelle les îles du Pacifique sont confrontées, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a rappelé que la lutte contre le changement climatique était sa priorité, à l'occasion de l'ouverture mercredi du Forum des dirigeants des îles du Pacifique.

« Mon Groupe consultatif de haut niveau sur le financement de la lutte contre les changements climatiques travaille afin d'identifier les moyens pour atteindre l'objectif des 100 milliards de dollars par an d'ici à 2020, comme il a été promis à Copenhague », a dit le Secrétaire général adjoint à la Coordination politique et aux Affaires inter agence, Thomas Stelzer, de la part de Ban Ki-moon à Port Vila, à Vanuatu.

« La situation de la région, où la réinstallation de populations entières en dehors de leurs frontières nationales est en cours d'évaluation, doit interpeller la communauté internationale sur l'urgence de l'action », a-t-il ajouté.

« Les petits États insulaires en développement sont en train de faire des progrès vers la réalisation de plusieurs Objectifs du Millénaire pour le développement. Mais il existe des différences considérables dans les taux de réussite », a indiqué Ban Ki-moon.

Il a appelé les dirigeants des îles du Pacifique à activement participer au Sommet de l'ONU sur les Objectifs du Millénaire pour le développement qui se déroulera au mois de septembre prochain au siège de l'ONU à New York. « Cela va marquer le démarrage de notre impulsion finale vers la réalisation des objectifs pour les cinq prochaines années », a souligné le Secrétaire général.

« L'ONU reste fortement engagé avec le Pacifique », a conclu Ban Ki-moon.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Climat : Des habitants d'îles du Pacifique confrontés à une réinstallation

Sur les îles Carteret, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, l'érosion de la côte, la destruction de digues pour la défense du rivage et l'entrée d'eau salée signifie que la plupart des jardins potagers ne sont plus fertiles. Les réserves de vivres s'épuisent et la réinstallation apparaît de plus en plus comme la seule option possible.