Une BD francophone pour informer sur la migration clandestine

30 juillet 2010

Une bande dessinée inédite écrite en français vient d'être publiée par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) à Bruxelles avec pour objectif d'informer le public sur les causes et les dangers de la migration clandestine.

Une bande dessinée inédite écrite en français vient d'être publiée par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) à Bruxelles avec pour objectif d'informer le public sur les causes et les dangers de la migration clandestine.

Cette bande dessinée, intitulée « Des clandestins à la mer », vise un public de jeunes lecteurs dans les pays francophones en Afrique et en Europe.

La famille de Masikini au Sénégal est effondrée. Les membres de cette famille n'ont reçu aucune nouvelle de leur beau-frère, parti depuis des mois. Son corps a-t-il été rejeté sur une plage lointaine ou Masakini est-il arrivé sain et sauf en Europe ? Lors d'un voyage en avion vers la France, une jeune femme rencontre un homme qui lui promet de l'aider à s'installer dans son nouveau pays. Elle devient une victime de la prostitution forcée à Paris.

Ces mésaventures sont racontées dans la bande dessinée de 50 pages, écrite par l'écrivain et acteur Pie Tshibanda et dessinée par Tchibemba. Les deux auteurs de la BD sont d'origine africaine, ce qui lui confère une plus grande crédibilité auprès du public ciblé, explique le HCR

L'auteur a souhaité déconstruire le mythe selon lequel la vie en Europe est un paradis pour tous les Africains qui ont survécu à la traversée périlleuse. Par ailleurs, la bande dessinée explique aux Européens les raisons pour lesquelles certains Africains sont obligés de partir et pourquoi ils ont le droit d'être respectés et protégés.

La BD explique la situation des immigrants africains qui vivent à Paris ainsi que l'influence de la culture africaine en Europe. Ce livre ne se limite toutefois pas à ce thème : la procédure de demande d'asile ou des problèmes comme le chômage ou le sida y sont également abordés sans complaisance.

Selon Pie Tshibanda, la bande dessinée s'inscrit parfaitement dans la tradition orale de l'Afrique et s'avérera efficace pour atteindre les jeunes. L'histoire contient tous les ingrédients requis : suspense, action, crime, séduction et humour.

Pie Tshibanda a également créé avec une équipe d'acteurs une version audio de la BD, d'une durée de quarante minutes. Le HCR souhaite la diffuser à la radio dans des pays d'Afrique du Nord et de l'Ouest, où la radio est le média le plus répandu.

Le livre s'inscrit dans un vaste projet financé par la Commission européenne et le gouvernement danois. Quelque 7.000 exemplaires ont été imprimés pour cette première édition. 5.000 exemplaires gratuits seront distribués par le biais d'institutions et d'organisations non gouvernementales qui travaillent sur les questions de migration et d'asile dans l'Afrique francophone. 2.000 exemplaires seront distribués par les écoles et des ONG.

Le récit de la BD « Des clandestins à la mer » connaît un dénouement heureux : la jeune femme sénégalaise est libérée et les chefs du réseau de prostitution sont arrêtés. Masikini est lui aussi sorti d'affaire et il réussit sa vie grâce à une plante médicinale africaine. Il a lancé une entreprise créant de nouveaux emplois au Sénégal.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le HCR déplore un manque de places pour la réinstallation des réfugiés

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a appelé mardi à une augmentation significative des places offertes par des pays tiers pour la réinstallation de réfugiés, estimant que d'ici trois à cinq ans, plus de 805.000 réfugiés auront besoin d'être réinstallés, alors que 80.000 places seulement sont offertes.