La chef du PNUD achève une visite de deux jours au Brésil

29 juillet 2010

L'Administratrice du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a achevé jeudi une visite de deux jours au Brésil, au cours de laquelle elle a rencontré plusieurs haut responsables brésiliens et signé un accord cadre de partenariat stratégique avec le gouvernement.

L'Administratrice du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a achevé jeudi une visite de deux jours au Brésil, au cours de laquelle elle a rencontré plusieurs haut responsables brésiliens et signé un accord cadre de partenariat stratégique avec le gouvernement.

A deux mois de la tenue à New York d'un Sommet sur les Objectifs du Millénaire pour le développement Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), qui doit permettre de faire le point sur l'état d'avancement des huit objectifs définis en 2000 par les Etats membres, Helen Clark a discuté avec les responsables brésiliens des progrès réalisés dans ce pays.

Sa visite comprenait des entretiens avec le Président Luiz Inacio Lula da Silva, le ministre des affaires étrangères, Celso Amorim, et le ministre de l'environnement, Izabella Teixeira.

Avant son départ pour le Brésil, l'Administratrice du PNUD avait salué « les énormes progrès » réalisés par ce pays, notamment la mise en place ces dernières années de programmes de protection sociale solides qui ont permis de résister aux conséquences de la crise. Elle avait également loué la contribution internationale du pays dans le développement des pays du sud, « tant dans les débats que par ses contributions directes ».

Pendant sa visite, Helen Clark devait signer avec le gouvernement brésilien un accord cadre de partenariat stratégique dont l'objectif est de « renforcer les initiatives de coopération Sud-Sud », autrement dit entre pays en développement, et « l'action continue en faveur des OMD » pour qu'ils soient atteint en 2015, l'échéance fixée par les Etats Membres.

Le voyage de la patronne du PNUD au Brésil intervient quelques jours après la publication par le programme onusien du premier rapport sur le développement humain dans la région Amérique latine-Caraïbes.

Intitulé « Agir sur l'avenir : interrompre la transmission intergénérationnelle de l'inégalité », il montre que cette région est celle où les inégalités sont les plus marquées, avec dix pays sur quinze pays présentant les niveaux les plus élevés de la planète.

Le document met aussi en évidence le fait que les femmes et les populations autochtones et de descendance africaine sont les plus touchés par ces inégalités. « Fortes et persistantes, elles constituent un obstacle aux progrès en matière de développement humain », souligne le rapport, qui recommande « des politiques publiques spécifiques, intégrales et efficaces » pour changer la donne.

« La réduction de l'inégalité doit constituer la priorité politique dans la région, et pour la rendre durable, il est nécessaire d'agir sur les mécanismes qui entretiennent les diverses inégalités et les transmettent de génération en génération », a souligné le Directeur régional du PNUD, Heraldo Muñoz, qui accompagnait Helen Clark lors de sa visite au Brésil.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Brésil: le niveau de violence dans les favelas reste alarmant, selon l'ONU

De nombreux Brésiliens, en particulier ceux qui vivent dans les favelas, sont toujours victimes de meurtres et autres brutalités de la part de gangs, de milices, d'escadrons de la mort et de policiers, en dépit des efforts du gouvernement pour mettre un terme à cette violence, a indiqué mardi le Rapporteur spécial sur les exécutions extrajudiciaires, Philip Alston.