Darfour : Ban Ki-moon préoccupé par les tensions dans un camp de déplacés

29 juillet 2010

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a exprimé jeudi son inquiétude sur la situation dans le camp de Kalma dans la province du Sud-Darfour (Soudan), où des déplacés se sont récemment affrontés violemment.

Le Secrétaire général a appelé toutes les parties concernées à régler leurs différends « grâce au dialogue politique et à éviter toute action qui pourrait inciter à la violence », a dit son porte-parole.

Des soldats de la Mission de l'Union Africaine et de l'ONU au Darfour (MINUAD) sont intervenus pour mettre un terme aux tensions dans le camp qui accueille plus de 100.000 personnes.

Dans la nuit du 25 juillet, des coups de feu, qui n'ont pas fait de victimes, ont été tirés. Les auteurs des tirs se sont eux-mêmes identifiés comme faisant partie de la faction d'Abdul Wahid, de l'Armée de libération du Soudan (ALS), l'un des groupes rebelles qui combat depuis 2003 contre les forces gouvernementales soudanaises.

La MINUAD a indiqué au lendemain du début des violences que les tensions s'étaient accrues depuis la tenue des derniers pourparlers de paix entre le gouvernement de Khartoum et les groupes rebelles actifs au Darfour organisés à Doha, la capitale du Qatar. Environ 250 représentants de la société civile du Darfour ont participé à ces pourparlers, dont 60 personnes représentant les réfugiés et les déplacés internes vivant dans des camps au Darfour ou dans les pays voisins. Tous ont été envoyés à Doha après un processus mêlant élection, désignation et cooptation qui a duré plusieurs semaines.

Des affrontements ont également éclaté dans un autre camp de déplacés à Hamadiya, à l'ouest du Darfour entre des membres de l'Armée de libération du Soudan (ALS) et du Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM). Alors que les violences ont cessé, l'aide humanitaire dans ce camp a tout de même été suspendue à cause de la détérioration des conditions de sécurité.

La MINUAD a par ailleurs signalé jeudi que le pilote russe d'un hélicoptère, qui avait été porté disparu, avait été retrouvé et était désormais en sécurité à la base de la Mission à Nyala (Sud-Darfour).

Lundi, l'appareil, qui transportait trois membres du Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM) se rendant à Doha, au Qatar, afin de participer aux négociations de paix, s'était posé à cause des mauvaises conditions météorologiques. L'équipage et les passagers s'étaient faits agresser par un groupe d'hommes armés inconnus. Le groupe avait pu retourner mardi sain et sauf à Nyala, à l'exception du pilote.

Depuis 2003, la guerre civile au Darfour a fait 300.000 morts. Près de 2,7 millions de personnes ont fuit les combats pour se réfugier soit dans des camps de déplacés comme celui de Kalma ou des camps de réfugiés dans les pays voisins, notamment au Tchad.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Darfour : intervention de la MINUAD après des violences dans un camp de déplacés

Des éléments de la Mission de l'Union Africaine et de l'ONU au Darfour (MINUAD) sont intervenus au Sud-Darfour dans le camp de Kalma, le plus grand camp de déplacés de la planète, pour mettre un terme à des tensions survenus après des échanges de tirs dans la nuit de dimanche à lundi.