La Namibie a enrayé avec succès la fièvre de la vallée du Rift

28 juillet 2010

La Namibie est parvenue à enrayer la propagation de la fièvre de la vallée du Rift (FVR) grâce « à la vigilance et la rapidité » des autorités namibiennes, s'est félicité le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), Jacques Diouf.

La Namibie est parvenue à enrayer la propagation de la fièvre de la vallée du Rift (FVR) grâce « à la vigilance et la rapidité » des autorités namibiennes, s'est félicité le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), Jacques Diouf.

« La vigilance et la réponse des services vétérinaires ont été d'autant plus remarquables que la fièvre de la vallée du Rift est réapparue en Namibie après une longue absence de 25 ans, ce qui veut dire que la majorité du personnel d'intervention n'avait jamais eu à affronter la maladie auparavant », a souligné M. Diouf lors d'une visite à Windhoek, la capitale du pays.

La fièvre du Rift aurait pu avoir « des conséquences potentiellement dévastatrices pour les vies humaines, les moyens d'existence et la sécurité alimentaire », a-t-il ajouté en félicitant l'action du ministère namibien de l'agriculture, de l'eau et des forêts.

La fièvre de la vallée du Rift est une maladie transmise par les moustiques à la suite de fortes pluies et d'inondations. Elle est caractérisée par des taux élevés d'avortement et de mortalité néonatale, essentiellement chez les ovins, les caprins, mais également chez les bovins. Elle présente un risque mortel pour l'homme, lorsque les êtres humains entrent en contact avec le sang ou les organes des animaux infectés ou en cas de piqûre par des moustiques infectés.

Une équipe de la FAO composée de membres de la Division de la production et de la santé animales et du Centre d'urgence pour les maladies animales transfrontières, déployée à la demande du gouvernement, est rentrée de Namibie en se félicitant du professionnalisme des services vétérinaires.

Les services vétérinaires namibiens ont identifié la présence de la fièvre pour la première fois chez des moutons provenant de deux élevages des régions de l'est du pays d'Hardap et de Karas le 9 mai 2010.

« La contribution positive de la Namibie à la lutte contre la fièvre de la vallée du Rift a un retentissement international. C'est pour cette raison que la FAO souhaite reconnaître officiellement le niveau de préparation de la Namibie et la vigilance de ses services vétérinaires », a dit Jacques Diouf.

« C'est un exemple stimulant pour les pays voisins comme pour d'autres pays aux prises avec de graves maladies animales dont ils doivent protéger leurs animaux, leurs moyens d'existence, leur commerce, voire leur population », a-t-il ajouté.

Toutefois, la fièvre de la vallée du Rift continuera à représenter une menace, y compris pour la Namibie, avec l'arrivée de la prochaine saison des pluies, d'octobre à novembre, indique la FAO.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Afrique du Sud : La 'fièvre de la Vallée du Rift' menace humains et bétail

L'Afrique du Sud connaît actuellement une éruption de 'fièvre de la Vallée du Rift' (FVR), qui a provoqué la mort de deux personnes et menace de contaminer le bétail dans sept des neuf provinces que compte le pays, a alerté l'Institut national des maladies transmissibles (NICD).