L'UNESCO condamne le meurtre d'un journaliste grec

23 juillet 2010

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a condamné vendredi le meurtre du journaliste d'investigation grec Socrates Giolias, qui a été abattu par des inconnus le 19 juillet devant chez lui dans le quartier d'Héliopolis à Athènes.

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a condamné vendredi le meurtre du journaliste d'investigation grec Socrates Giolias, qui a été abattu par des inconnus le 19 juillet devant chez lui dans le quartier d'Héliopolis à Athènes.

« Je condamne l'assassinat prémédité de Socrates Giolias », a déclaré Irina Bokova. « La violence contre les journalistes constitue une atteinte au droit fondamental à la liberté d'expression. Il s'agit d'une attaque directe contre la démocratie. Je m'attends à ce que les autorités grecques fassent le maximum pour traduire en justice les auteurs de ce crime. On ne peut permettre que ceux-ci demeurent impunis ».

Socrates Giolias, qui était âgé de 37 ans, dirigeait la station de radio Thema 98,9 FM. Il gérait aussi le populaire blog politique et social Troktiko. Selon la presse, il est tombé dans un guet-apens : trois hommes déguisés en vigiles l'ont invité à sortir de son appartement avant d'ouvrir le feu, l'atteignant d'une vingtaine de projectiles.

Selon ses collègues, le journaliste s'apprêtait à publier une enquête sur la corruption. « Quelqu'un avait intérêt à faire taire un très bon journaliste d'investigation qui marchait sur les plates-bandes de certains », a déclaré à la BBC le président du syndicat athénien des journalistes, Panos Sobolos.

Socrates Giolias est le premier journaliste à être assassiné en Grèce depuis 1985.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU s'inquiète de l'augmentation des meurtres de journalistes

Le nombre de journalistes tués l'année dernière dans le monde a augmenté de 26% par rapport à 2008 et la plupart des victimes travaillaient sur des affaires de corruption, de crime organisé ou de bavures policières. C'est la conclusion du rapport présenté ce jeudi au Conseil des Droits de l'homme, réuni à Genève, en Suisse, par le Rapporteur spécial de l'ONU pour la liberté d'opinion et d'expression, Frank La Rue.