L'ONU salue la fin du différend frontalier entre l'Erythrée et Djibouti

20 juillet 2010

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires politiques, B. Lynn Pascoe, a salué mardi les récents progrès accomplis par l'Erythrée et Djibouti dans la mise en application de l'accord signé par les deux pays sur le différend frontalier qui les opposait depuis 2008.

La médiation du conflit a été confiée à l'Emir du Qatar, Cheikh Hamad Bin Khalifa al-Thani. Le Premier ministre qatarien, le Cheikh Hamad bin Jassim Jabr al-Thani, a confirmé l'amélioration de la situation dans une lettre adressée au Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et datée du 9 juillet dernier.

« Le Premier ministre du Qatar nous a informés que les troupes érythréennes se sont retirées des zones de Ras Doumeira et de l''île de Doumeira et que l'Etat du Qatar a déployé des observateurs en attendant un règlement final », a dit M. Pascoe devant les membres du Conseil de sécurité de l'ONU.

« Le gouvernement du Qatar nous a confirmé que la coopération entre les deux pays et les forces qatariennes sont bonnes et que ces dernières resteront déployées dans les deux pays jusqu'à ce que la dispute soit définitivement réglée », a-t-il ajouté.

Ces étapes positives vers la normalisation complète de la situation font suite à l'accord signé le 6 juin dernier entre le président érythréen, Isaias Afewerki, et le président djiboutien, Ismail Omar Guelleh.

L'accord a mis un terme au différend qui opposait les deux pays depuis 2008 sur une zone frontalière non délimitée. Des affrontements militaires avaient éclaté dans la zone de Ras Doumeira et dans l'île de Doumeira, située en Mer Rouge. Ces violences avaient causé la mort de 35 personnes et fait des dizaines de blessés.

« Nous croyons que les Etats de la région Corne de l'Afrique, Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), l'Union Africaine et l'ONU ont besoin de travailler ensemble pour répondre efficacement aux conflits de la région qui sont interconnectés, y compris la Somalie et le différend de longue date entre l'Erythrée et l'Ethiopie », a dit le chef des affaires politiques de l'ONU.

Pour B. Lynn Pascoe, la récente nomination des membres du Groupe de suivi sur la Somalie et l'Erythrée permettra de suivre l'évolution des différents conflits efficacement.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Somalie : des progrès mais encore beaucoup de défis

Avant de quitter ses fonctions, le Représentant de l'ONU en Somalie, Ahmedou Ould-Abdallah, a appelé les dirigeants somaliens à mettre un terme aux années de conflit et à bâtir une paix durable dans leur pays.