Face à la crise alimentaire au Sahel, le FIDA et ses partenaires se mobilisent

15 juillet 2010

Alors que la crise alimentaire en Afrique de l'Ouest s'intensifie, le Fonds international de développement agricole (FIDA) vient en aide aux populations les plus touchées en réapprovisionnant les banques de céréales et en donna t semences et outils aux agriculteurs.

« Le FIDA s'attache à créer, dans ses projets de développement agricole, des conditions optimales dans le but de répondre de façon adéquate à la crise alimentaire touchant les populations les plus pauvres dans le pays », a indiqué le Directeur de la Division de l'Afrique de l'Ouest et du Centre, Mohamed Béavogui, de retour d'une visite au Niger destinée à superviser les projets en cours et à définir les mesures à prendre dans un avenir proche, au-delà de l'aide d'urgence, régler le problème récurent de l'insécurité alimentaire, de la malnutrition et de la pauvreté rurale.

Créer ces « conditions optimales », cela signifie fournir une réponse rapide aux personnes dans le besoin, en réapprovisionnant les greniers des villages, mais aussi en fournissant des semences et de l'outillage pour la saison de culture à venir.

Le Sahel, qui englobe au sud du Sahara, le Burkina Faso, l'Érythrée, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigéria, le Sénégal, le Soudan et le Tchad, a connu ces dernières décennies plusieurs sécheresses qui ont débouchées sur des famines. La derière en date, en 2005, a tué un million de personnes et en a affecté indirectement 50 millions autres.

Aujourd'hui, des précipitations faibles et irrégulières de 2009 ont conduit à une nouvelle crise, dont le Niger est l'épicentre, avec près de 7,1 millions de personnes en situation d'insécurité alimentaire.

La sécheresse, les mauvaises récoltes, les infestations de ravageurs et de maladies, la hausse des prix des denrées alimentaires et un niveau intolérable de pauvreté, ont déclenché de graves pénuries alimentaires et appauvri les zones de pâturage, forçant la plupart des familles rurales à vendre leurs outils, leurs semences, leurs troupeaux afin d'acheter le peu de nourriture disponible.

Fort de sa longue expérience dans le développement au Niger, la FIDA a apporté un soutien à plus de 51.500 femmes dans six communes d'intervention, l'équivalent de 350.000 personnes, à travers des banques de céréales. Ces banques de céréales étaient traditionnellement utilisées par les paysans pour constituer des stocks immédiatement après les récoltes destinés à être vendus durant la saison sèche lorsque le cours du marché est au plus haut.

Mais l'intensification de la crise amène les populations rurales à puiser dans ces banques de céréales pour nourrir leur famille et préserver leurs forces afin de continuer de travailler leur terre.

Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), la production de céréales au Niger a chuté de 30% par rapport à 2008, tandis que la production de fourrage est de 62% inférieure aux besoins. Simultanément, les prix des denrées alimentaires restent élevés, même s'ils ont décliné depuis le pic de 2008.

En septembre 2009, un projet appuyé par le FIDA a été lancé afin d'aider les populations de Maradi à renforcer leurs compétences et leur capacité à gérer leurs affaires locales, en particulier dans le domaine de la planification, de la mise en œuvre et de l'administration des investissements qui visent à améliorer la sécurité alimentaire et les conditions de vie des ménages.

Depuis 1980, le FIDA a mobilisé des fonds pour huit projets et programmes au Niger pour un montant total de 235,6 millions de dollars des États-Unis.

Le Fonds international de développement agricole (FIDA) œuvre aux côtés des populations rurales pauvres afin de leur permettre de cultiver et de vendre davantage de produits vivriers, d'accroître leurs revenus et de déterminer le cap de leur propre existence.

Depuis 1978, le FIDA a investi plus de 12 milliards d'USD sous forme de dons et de prêts à faible taux d'intérêt octroyés à des pays en développement, permettant à plus de 350 millions de personnes de se libérer par elles-mêmes de la pauvreté.

Le FIDA est une institution financière internationale et une organisation spécialisée des Nations Unies dont le siège est à Rome – la plateforme alimentaire et agricole des Nations Unies. Il représente un partenariat unique, regroupant 165 membres, entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), d'autres pays en développement et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le PAM intensifie l'aide alimentaire au Niger

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé vendredi une intensification de ses opérations au Niger frappé par la sécheresse et l'insécurité alimentaire. Cette décision intervient à la suite de la publication d'une étude gouvernementale faisant état de taux de malnutrition alarmants chez les enfants en bas âge, indique l'agence.