Le HCR déplore un manque de places pour la réinstallation des réfugiés

6 juillet 2010

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a appelé mardi à une augmentation significative des places offertes par des pays tiers pour la réinstallation de réfugiés, estimant que d'ici trois à cinq ans, plus de 805.000 réfugiés auront besoin d'être réinstallés, alors que 80.000 places seulement sont offertes.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a appelé mardi à une augmentation significative des places offertes par des pays tiers pour la réinstallation de réfugiés, estimant que d'ici trois à cinq ans, plus de 805.000 réfugiés auront besoin d'être réinstallés, alors que 80.000 places seulement sont offertes.

Le HCR mène en ce moment des consultations annuelles sur cette question avec des représentants des gouvernements et d'organisations non gouvernementales.

« Devant le fossé grandissant entre les besoins de réinstallation et les places mises à disposition, il faut agir. J'espère vraiment que davantage de pays mettront en place des programmes de réinstallation ou augmenteront les opportunités de réinstallation », a indiqué le Haut commissaire de l'ONU pour les réfugiés, António Guterres. « C'est d'autant plus important que de nouvelles crises continuent à déplacer encore davantage de personnes alors que des conflits anciens sont dans l'impasse. Les retours librement consentis sont à leur plus bas niveau depuis deux décennies », a-t-il ajouté.

Plus de 80% des réfugiés dans le monde vivent dans des pays en développement, où nombre d'entre eux ne sont pas en sécurité et n'ont aucune possibilité d'intégration. Pour de nombreux réfugiés, la réinstallation dans un pays tiers est le seul moyen de trouver durablement la sécurité et un nouveau « chez-soi ». Alors que le rapatriement librement consenti reste la solution préférée par la plupart des réfugiés dans le monde, un conflit persistant ou une crainte de persécution empêchent souvent les personnes de rentrer dans leur pays d'origine.

Actuellement, un nombre encore limité de pays participe aux programmes de réinstallation du HCR, en acceptant des réfugiés dans le cadre d'un système annuel de quotas. Ces Etats offrent aujourd'hui 80.000 places, alors que les projections du HCR prévoient que 747.000 personnes auront besoin d'une réinstallation en 2010 et 805.000 en 2011, un record.

« Je suis très déçu que les Etats en Europe n'assument pas une plus grande responsabilité humanitaire en matière de réinstallation et je suis vivement préoccupé au vu de la situation de réfugiés qui souffrent dans des camps et des villes à travers le monde », a indiqué le Directeur général de l'Office suédois des migrations qui co-préside la réunion, Dan Eliasson.

Avec un quota annuel de réinstallation comptant 1.900 places, la Suède arrive en tête de 13 pays de l'Union européenne. L'année dernière, la Belgique, l'Allemagne, l'Italie et le Luxembourg ont également mis en place des programmes de réinstallation ad hoc.

En septembre 2009, le HCR s'était félicité de la proposition de la Commission européenne de créer un programme européen commun de réinstallation. Jusqu'à présent en effet, 90% des réfugiés réinstallés chaque année sont acceptés par les Etats-Unis, le Canada et l'Australie.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le HCR franchit un cap dans la réinstallation de réfugiés iraquiens

En visite en Syrie où il célèbrera la Journée mondiale du réfugié dimanche, le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, António Guterres, a annoncé que le HCR avait soumis 100 000 demandes de réinstallation pour des réfugiés iraquiens en provenance du Moyen-Orient depuis 2007.