Le HCR commence à réduire ses opérations au Sri Lanka

29 juin 2010
Un centre de distribution alimentaire pour des déplacés au Sri Lanka.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a commencé à réduire ses opérations d'aide aux déplacés internes dans l'est du Sri Lanka et a fermé son bureau à Batticaloa cette semaine.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a commencé à réduire ses opérations d'aide aux déplacés internes dans l'est du Sri Lanka et a fermé son bureau à Batticaloa cette semaine.

« Comme la majorité des personnes déplacées dans le district de Batticaloa au cours des huit dernières années sont désormais rentrées dans leurs régions d'origine et ont bénéficié de la protection et de l'assistance du HCR, nous sommes en mesure de réduire nos opérations », affirme Michael Zwack, le représentant du HCR au Sri Lanka.

Le HCR est présent à Batticaloa depuis 2002 et il a apporté son aide à plusieurs vagues de personnes déplacées lors des différentes phases du conflit prolongé avec les Tigres de libération de l'Eelam Tamil (LTTE) – plus connus sous le nom de Tigres tamouls – ainsi que dans le contexte du tsunami dévastateur de l'Océan indien en décembre 2004.

Au plus fort du conflit, 160.000 personnes étaient déplacées à l'intérieur de leur propre pays au sein même du district de Batticaloa et ce district a également accueilli 140 000 déplacés internes originaires d'autres endroits situés dans l'est, en particulier en provenance du district de Trincomalee plus au nord en 2006.

Le conflit à l'est s'est terminé en 2007 et les déplacés internes ont commencé à rentrer chez eux avec l'aide du HCR et du gouvernement. Au nord, le conflit a pris fin en mai 2009 et le processus de retour est en cours.

90 familles (433 personnes) sont encore déplacées à Batticaloa et 507 familles (1.756 personnes) le sont dans le district voisin d'Ampara. Elles attendent que les activités de déminage se terminent pour pouvoir rentrer chez elles en sécurité. Elles devraient être en mesure de le faire dans les prochains mois.

Comme ces personnes auront besoin de matériel pour les abris et de produits non alimentaires comme des outils, des jerrycans et des ustensiles de cuisine quand elles rentreront, le HCR maintiendra une présence limitée à Batticaloa jusqu'à la fin de l'année pour les assister. Il poursuivra ensuite son activité de surveillance de la protection à partir de son bureau de Trincomalee. Le travail de protection vise à assurer la durabilité du retour.

Dans le cadre de son activité de protection à Batticaloa et Ampara, le HCR a essayé de trouver des solutions aux questions qui touchent au bien-être des personnes déplacées, notamment en assurant un lien avec les organismes gouvernementaux concernés, l'armée et la police. Cela comprenait des actions de sensibilisation auprès de la communauté, des services médicaux et sociaux et de la police sur les questions de violence liée au genre. Des bureaux d'orientation spécifiques pour les femmes et les enfants ont été mis en place dans les postes de police pour aider et soutenir les victimes.

Un projet commun du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et du HCR appelé « Accès à la justice », mené conjointement avec la Commission nationale des droits de l'homme, continuera d'apporter une aide juridique aux rapatriés – à la fois déplacés internes et réfugiés – pour les questions relatives aux terres, aux biens et aux documents d'état civil tout en renforçant les capacités des conseillers juridiques nationaux.

Le projet inclut également la poursuite de la sensibilisation auprès de la communauté sur les questions de violence liée au genre et l'amélioration de la coordination entre les divers prestataires de services.

Le HCR met actuellement l'accent sur l'assistance aux rapatriés vers le nord du Sri Lanka, quelque 54.000 personnes étant encore déplacées dans des sites d'urgence. Le HCR est présent au Sri Lanka depuis 1987 et dispose de bureaux à Colombo, Jaffna, Vavuniya, Mannar et Trincomalee.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.