L'ONU se félicite du bon déroulement du référendum au Kirghizistan

28 juin 2010

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et son Envoyé spécial au Kirghizistan, Miroslav Jenca, ont salué lundi le déroulement « pacifique et ordonné » du référendum constitutionnel la veille au Kirghizistan, ainsi que le bon niveau participation de la population, en dépit des récentes violences qui ont secoué le sud du pays.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et son Envoyé spécial au Kirghizistan, Miroslav Jenca, ont salué lundi le déroulement « pacifique et ordonné » du référendum constitutionnel la veille au Kirghizistan, ainsi que le bon niveau de participation de la population, en dépit des récentes violences qui ont secoué le sud du pays.

« Je suis encouragé par le niveau de participation et le fait que tout se soit déroulé dans l'ordre, cela démontre les aspirations du peuple kirghize à la paix, la sécurité et la stabilité », a dit Ban Ki-moon à l'occasion d'un point de presse organisé lundi au siège de l'ONU, à New York.

Dimanche, son Envoyé spécial et Directeur du Centre régional des Nations Unies pour la diplomatie préventive en Asie centrale (UNRCCA), Miroslav Jenca, avait suivi sur place le déroulement du referendum organisé après la démission en avril de l'ancien Président, Burmanbek Bakiev, renversé par un soulèvement populaire.

A l'issue du scrutin auquel l'ONU a apporté un appui technique et d'une rencontre avec la Président kirghize par intérim, Rosa Otunbayeva, il s'est félicité de la « conduite normale et sans incidents majeurs de ce scrutin, dans des conditions si délicates ».

Miroslav Jenca a également salué la « solide participation » du peuple et estimé que le referendum avait été « transparent », même si des observateurs internationaux et onusiens ont relevé « certaines irrégularités ».

Le 10 juin, des violences ethniques ont visé la communauté ouzbèk installée au Kirghizistan. Parties de la ville d'Och, elles se sont répandues à tout le sud du pays, obligeant près de 400.000 personnes à fuir leurs maisons, pour se réfugier ailleurs au Kirghizistan ou pour rejoindre l'Ouzbékistan voisin.

Vendredi, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) avait indiqué que 70.000 personnes réfugiées en Ouzbékistan étaient déjà rentrées aux Kirghizistan. Pour le HCR, qui dénombre 300.000 déplacés au sud du Kirghizistan, ces retours risquent « d'aggraver les besoins humanitaires » déjà existants.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Kirghizistan : inquiétudes sur les conditions de retour des réfugiés

Alors que les tensions interethniques persistent au sud du Kirghizistan, plus de 70.000 personnes réfugiées en Ouzbékistan sont revenues dans le pays selon les autorités ouzbèkes et kirghizes. Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a exprimé vendredi son inquiétude sur « la nature » des retours qui auraient été « dans certains cas » forcés.