La FAO exhorte les pays producteurs à consommer davantage de thé

28 juin 2010

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) encourage les pays producteurs de thé à augmenter leurs revenus en promouvant les bienfaits de la plante pour la santé.

L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) encourage les pays producteurs de thé à augmenter leurs revenus en promouvant les bienfaits de la plante pour la santé.

Dans un rapport publié en ligne cette semaine, la FAO a également indiqué que durant les dix prochaines années, le marché d'exportation du thé vert afficherait une croissance plus rapide que celui du thé noir. Les marchés du thé noir dans les principaux pays importateurs arrivent quasiment à saturation et ne devraient pas se développer davantage.

« Les perspectives de croissance de la consommation de thé sur les marchés d'importation traditionnels, comme le Royaume-Uni et la Russie, sont relativement limitées mais dans les pays producteurs où la consommation par habitant est beaucoup plus faible, il existe une forte marge d'expansion », a indiqué le Secrétaire du Groupe intergouvernemental de la FAO sur le thé, Kaison Chang, seule autorité mondiale en la matière.

Dans les pays producteurs de thé, les consommateurs ne boivent qu'un dixième de la quantité de thé consommée par les marchés d'importations plus importants. Il existe donc de belles opportunités pour les planteurs de thé si des stratégies de commercialisation judicieuses sont mises en place, souligne le rapport de la FAO.

Le Prix composite FAO du thé, indicateur mondial des cours du thé noir, a progressé de 13% en 2009, provoquant une envolée record des prix l'an dernier en raison de la sécheresse qui a sévi dans certaines des principales régions productrices d'Asie et d'Afrique.

Les prix se sont désormais stabilisés avec le retour à la normale des conditions météorologiques. L'effet de cette hausse pour le consommateur dans les pays développés s'est limité à 5% en 2009 en raison de la compétition intense caractérisant le marché des boissons.

Dans les pays en développement, les prix au détail du thé ont augmenté de 12% au cours de la même période. Les exportations mondiales de thé noir devraient augmenter de 1,8% d'ici à 2019, tandis que celles de thé vert devraient enregistrer une progression annuelle pouvant aller jusqu'à 5,5%. La Chine est le premier exportateur mondial de thé, suivie du Kenya, du Sri Lanka et de l'Inde.

« Le thé peut considérablement contribuer à la sécurité alimentaire d'une nation », a fait remarquer M. Chang. « Au Kenya, par exemple, les recettes d'exportation du thé couvrent la totalité de la facture d'importations alimentaires ».

Les revenus provenant des exportations de thé représentent 35% environ des recettes d'exportations agricoles totales du pays. Au Sri Lanka, second producteur mondial de thé, la culture de la plante constitue 50% des recettes d'exportations agricoles et couvre environ 60% de la facture alimentaire.

La hausse du prix du thé en 2009 s'est traduite par un accroissement de 7% des recettes d'exportation au niveau mondial, affectant de manière significative les revenus ruraux et la sécurité alimentaire des ménages dans les pays producteurs de thé, a indiqué la FAO.

Au cours des cinq dernières années, le thé noir a représenté 65% de la production mondiale, 67% de la consommation et 80% des échanges. Au cours des dernières années, les bienfaits reconnus du thé vert pour la santé dans les pays développés ont contribué à la hausse des exportations.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Produits alimentaires : il faut réguler pour lutter contre la spéculation

Une certaine régulation des marchés à terme des produits alimentaires de base est souhaitable, estime l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), mais toute intervention devra être prudente et se garder d'imposer des limites strictes ou une interdiction formelle sur ces transactions.