Violences au Kirghizistan : l'ONU soutient le référendum et intensifie l'aide

24 juin 2010

Alors que les tensions interethniques persistent au sud du Kirghizistan, l'ONU apporte un soutien technique aux autorités pour l'organisation d'un référendum le 27 juin suite à la démission en avril de l'ancien Président, Burmanbek Bakiev, qui a quitté le pouvoir sous la pression d'un soulèvement d'opposants.

« Alors qu'il y a un retour au calme à Och et Jalalabad, les tensions interethniques et les rumeurs d'un regain de violence persistent », a noté jeudi le Sous-Secrétaire général aux affaires politiques de l'ONU, Oscar Fernandez-Taranco, lors de consultations du Conseil de sécurité sur cette crise.

« L'ONU encourage tous les efforts pour garantir un référendum inclusif et pour lequel les personnes déplacées puissent voter », a-t-il ajouté.

Les agences de l'ONU ont intensifié l'acheminement de l'aide humanitaire aux 300.000 déplacés au sud du Kirghizistan et aux 100.000 réfugiés en Ouzbékistan.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a ouvert un pôle humanitaire à Och, épicentre des violences au Kirghizistan, pour centraliser et coordonner les opérations d'urgence pour l'ensemble de la communauté humanitaire.

Plus de 125.000 personnes ont reçu une aide alimentaire, a indiqué jeudi le PAM. La dernière cargaison est arrivée à Och mardi dernier avec suffisamment de rations pour nourrir environ 30.000 personnes. L'avion a également transporté des équipements pour le pôle humanitaire, qui devait être opérationnel dès jeudi.

« Etant donné le nombre de déplacés et les milliers de personnes qui sont bloquées sans accès à la nourriture, à l'eau et aux vivres, nous n'avons pas une minute à perdre, » a déclaré Directrice Exécutive du PAM, Josette Sheeran.

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a appelé mercredi à la prudence sur les retours de réfugiés et d'autres personnes déplacées dans le sud du Kirghizistan. Certaines de ces personnes ont subi, de la part de fonctionnaires locaux, des pressions pour rentrer, explique l'agence.

« Le HCR se félicite du processus de retour des réfugiés et des personnes déplacées et apprécie que la réadmission au Kirghizistan soit permise », note le Haut commissariat.

« Les retours devraient s'opérer dans l'ordre ainsi que dans des conditions de sécurité et de dignité. Leur caractère volontaire doit également être garanti. Nous exhortons les autorités et les communes à s'abstenir de toute mesure menant à une demande de retour contre la volonté de réfugiés et d'autres personnes déplacées », a fait savoir le HCR.

L'agence onusienne a acheminé plus de 300 tonnes de matériel d'aide humanitaire en mettant en place un pont aérien d'urgence.

La semaine dernière, l'ONU avait lancé un appel de fonds d'urgence de 71 millions de dollars pour l'aide aux 300.000 déplacés internes au Kirghizistan.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Violences au Kirghizistan : malgré le calme relatif, l'ONU reste inquiète

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) était encore préoccupé mercredi par la situation au sud du Kirghizistan, en dépit d'un calme relatif qui régnait dans cette partie du pays et dans les deux principales villes de la région, Och et Jalalabad.