Signature d'un accord frontalier entre l'Erythrée et Djibouti

9 juin 2010

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon a salué l'accord signé entre L'Erythrée et Djibouti sur le conflit frontalier qui opposait les deux pays depuis plus de deux ans.

Le président Erythréen, Isaias Afewerki, et le président Djiboutien, Ismail Omar Guelleh, ont signé l'accord dimanche grâce à la médiation de l'Emir du Qatar, Cheikh Hamad Bin Khalifa al-Thani.

« Le Secrétaire général de l'ONU est encouragé par ce développement positif, qui, selon lui, contribuera à instaurer une paix et une stabilité durable dans la région de la Corne de l'Afrique », a fait savoir mardi le porte-parole de Ban Ki-moon.

L'accord doit mettre un terme au différend qui opposait les deux pays depuis 2008 sur une zone frontalière non délimitée. Des affrontements militaires avaient éclatés dans la zone de Ras Doumeira et dans l''île de Doumeira, située en Mer Rouge. Ces violences avaient causé la mort de 35 personnes et fait des dizaines de blessés.

En janvier 2009, le Conseil de sécurité de l'ONU avait adoptée une résolution (1862) qui exhortait l'Erythrée à retirer ses forces sur les positions du « statu quo ante », et à reprendre des relations diplomatiques avec Djibouti « en vue d''aboutir à un règlement mutuellement acceptable de la question de la frontière ».

En septembre 2008, une mission d'enquête diligentée par l'ONU avait appelé l'Erythrée à retirer ses troupes militaires de la frontière, Djibouti ayant démilitarisé la zone.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Conseil de sécurité impose des sanctions à l'Erythrée

Le Conseil de sécurité a instauré mercredi un nouveau régime de sanctions contre l'Érythrée, accusée de soutenir des groupes armés somaliens, de déstabiliser le gouvernement fédéral de transition au pouvoir à Mogadishu, et de refuser de régler son différend frontalier avec la République de Djibouti.