RDC : l'UNICEF manque de fonds pour assister 1,9 million de déplacés

2 juin 2010

En République Démocratique du Congo (RDC), presque 1,9 million de personnes, dont la moitié sont des enfants, vivent encore loin de leurs maisons, a souligné mardi le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) qui précise que les agences et les organisations non gouvernementales manquent cruellement de fonds pour assister ces populations vulnérables.

En République Démocratique du Congo (RDC), presque 1,9 million de personnes, dont la moitié sont des enfants, vivent encore loin de leurs maisons a souligné mardi le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) qui précise que les agences et les organisations non gouvernementales manquent cruellement de fonds pour assister ces populations vulnérables.

L'UNICEF a lancé un appel de fonds de 133 millions de dollars en début d'année afin d'assurer une aide humanitaire de base aux déplacés. « A ce jour nous n'avons reçu que 20,5 millions », a dit à la presse une porte-parole de l'UNICEF, Christiane Berthiaume, de Genève, en Suisse.

L'UNICEF a récemment organisé dans l'est du pays, en proie aux affrontements depuis plus d'une décennieune, une vaste campagne de vaccination de 400.000 personnes dont 85.000 enfants de moins de cinq ans et environ 43.000 femmes enceintes.

Christiane Berthiaumea toutefois précisé que le manque de fonds rendait la vaccination de 80.000 enfants de moins de cinq ans et de plus de 16.000 femmes enceintes supplémentaires difficiles.

Le 28 mai dernier, les 15 membres du Conseil de sécurité ont voté la prorogation jusqu'au 30 juin de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (MONUC) et approuvé une modification de son mandat à partir du 1er juillet, date à laquelle elle deviendra la Mission de l'ONU pour la stabilisation de la RDC (MONUSCO).

« Puisque la République Démocratique du Congo est entrée dans une nouvelle phase, le Conseil de sécurité décide qu'à partir du 1er juillet 2010, la mission s'appellera Mission des Nations Unies pour la stabilisation de la RDC », énonce la résolution 1925, adoptée au siège de l'ONU, à New York. Jusqu'à cette date, le mandat de la MONUC est donc prorogé, mais sa composante militaire réduite.

D'ici au 30 juin, 2000 Casques bleus quitteront les « zones où les conditions de sécurité le permettent », indique la résolution du Conseil de sécurité.

En visite au début du mois de mai dans le pays, le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires des Nations Unies et Coordonnateur des secours d'urgence, John Holmes, avait estimé que les besoins humanitaires restaient considérables et que les civils avaient toujours besoin d'être protégés.

« La situation en RDC reste complexe et les besoins humanitaires sont très importants. Des problèmes de protection graves continuent d'affecter les civils dans l'est, le nord-est et le nord-ouest du pays et sont la source de souffrances à grand échelle pour des centaines de milliers de personnes vulnérables », avait dit M. Holmes qui s'est rendu durant cinq jours dans trois zones du pays fortement touchées par la violence armée: le Sud-Kivu, le District du Haut-Uele dans la Province Orientale, et la Province de l'Equateur.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : le Conseil de sécurité transforme la MONUC en force de stabilisation

Les 15 membres du Conseil de sécurité ont voté vendredi la prorogation jusqu'au 30 juin de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (MONUC) et approuvé une modification de son mandat à partir du 1er juillet, date à laquelle elle deviendra la Mission de l'ONU pour la stabilisation de la RDC (MONUSCO).