Dix millions de personnes menacées par la faim au Sahel, selon le PAM

28 mai 2010

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a mis en garde vendredi contre le risque de famine dans la région ouest-africaine du Sahel, où la sécheresse et de mauvaises récoltes ont créé un besoin urgent de nourriture pour 10 millions de personnes.

« Le Sahel est l'une des régions les plus pauvres au monde et la pression de la faim pousse de plus en plus de personnes à quitter les campagnes pour les villes afin d'y trouver de la nourriture pour leurs familles » a indiqué le Directeur régional du Programme alimentaire mondial (PAM) pour l'Afrique de l'Ouest, Thomas Yanga, dans un communiqué publié vendredi. « Ces populations ont perdu leurs récoltes, leur bétail et leur capacité à surmonter les chocs alimentaires », a-t-il ajouté.

Malgré les efforts des gouvernements, des agences humanitaires et des ONG, la situation alimentaire au Mali, au Cameroun, au Tchad et au Niger a atteint des seuils critiques, selon le PAM. Pour couvrir ses opérations d'urgence et venir en aide à 3,6 millions victimes de la sécheresse, des contributions financières supplémentaires sont essentielles, a indiqué l'agence.

Au Niger, où une récente étude gouvernementale a révélé que près de la moitié de la population était en situation d'insécurité alimentaire, le PAM a besoin de 125 millions de dollars pour aider près de 2,3 millions de personnes de mai à décembre.

Au Tchad, la malnutrition aigüe a atteint des taux alarmants et près de deux millions de personnes ont besoin d'une assistance alimentaire. Dans l'ouest et au centre du pays, le PAM vient de démarrer une opération d'urgence pour plus de 700.000 personnes.

Au Cameroun, dans les régions du nord, la récolte céréalière 2009 a été inférieure de 10% à la moyenne des cinq dernières années et de 19% à la récolte de l'année dernière. Les vallées inondées, qui constituent habituellement des sources d'eau pour le bétail, se sont asséchées prématurément.

Face à cette situation, le PAM a de nouveau lancé une opération d'urgence destinée à nourrir 339.000 personnes jusqu'au mois d'avril 2011.

Au Mali enfin, les pluies erratiques pendant les deux dernières saisons de plantation ont considérablement diminué les récoltes au nord-est du pays. Environ 258.000 personnes reçoivent aujourd'hui une aide d'urgence du gouvernement, du PAM et de ses partenaires humanitaires.

En visite dans la région ces dernières semaines, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies pour les affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence, John Holmes, a tiré la sonnette d'alarme à plusieurs reprises, rappelant l'importance de s'attaquer aux racines de ces famines récurrentes.

« La crise alimentaire actuelle, cinq ans après la précédente, montre que sans actions conjointes entre acteurs humanitaires et acteurs du développement, pour aider le gouvernement à régler ce problème structurel, il deviendra de plus en plus difficile de contenir ces crises alimentaires à répétition, qui minent les progrès économiques et sociaux de cette région », avait-il notamment déclaré lors d'un déplacement au Niger.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Tchad : Holmes discute avec le Président Déby de la crise humanitaire

Au terme d'une visite de quatre jours au Tchad, le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires de l'ONU et Coordonnateur des secours d'urgence, John Holmes, a rencontré mercredi le Président tchadien, Idriss Déby, avec qui il a discuté de la grave crise humanitaire que connaît le pays.