Le dialogue interculturel est essentiel à la paix dans le monde

26 mai 2010

Bien que nous soyons de plus en plus connectés grâce aux nouvelles technologies, au commerce et aux migrations, « le monde se développe séparément », ce qui rend vital le rôle du dialogue interculturel pour la sécurité et la paix dans le monde, a dit mercredi devant le Conseil de Sécurité, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

« Alors que les préjugés et la haine sont monnaie courante, quand les extrémistes tentent de recruter à travers des incitations et des appels basés sur l'identité, quand des politiciens utilisent la division comme stratégie pour gagner des élections, le dialogue peut être un antidote », a-t-il dit en présence du Premier ministre libanais, Saad Hariri, dont le pays occupe la présidence tournante du Conseil de Sécurité pour le mois de mai.

« Non seulement les pays sont de plus en plus en contact les uns avec les autres mais ils deviennent aussi eux-mêmes plus multiculturels et divers », a-t-il ajouté en soulignant que le dialogue peut prévenir les conflits et contribuer à la consolidation de la paix.

Comme il l'a fait cinq jours auparavant à l'occasion de la Journée mondiale de la diversité culturelle et du dialogue, Ban Ki-moon a rappelé aux Etats que la création d'un environnement propice au dialogue, au respect des droits culturels, des religions et des minorités était une responsabilité qui leur incombait.

En cette année 2010, proclamée par l'Assemblée générale de l'ONU Année du Rapprochement des cultures, le défi du Conseil de sécurité est « d'introduire entièrement le dialogue interculturel dans son effort pour maintenir la paix et la sécurité internationales », a insisté Ban Ki-moon. Pour cela, propose-t-il, les membres du Conseil pourraient partager leurs propres expériences puisqu'ils utilisent au quotidien le dialogue interculturel.

« Le dialogue interculturel est un important instrument du kit du diplomate. J'appelle à ce que vous en fassiez un meilleur usage », a-t-il conclu.

En marge de cette séance du Conseil de sécurité, MM. Ban et Hariri ont eu un entretien mercredi matin, au cours duquel ils ont discuté de la mise en œuvre de la résolution 1701, des violations de la Ligne Bleue, qui sépare le Liban et Israël, des accusations de trafic d'armes et de la situation au village de Ghajjar. Ils ont également discuté du processus de paix au Moyen-Orient, et du Tribunal spécial pour le Liban.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.