L'Azerbaïdjan doit améliorer la situation des déplacés

26 mai 2010
Walter Kälin, représentant du Secrétaire général de l'ONU pour les droits de l'homme des personnes déplacées internes.

Bien que les conditions de vie des déplacés en Azerbaïdjan se soient améliorées ces dernières années, leur situation s'éternise trop, a déploré le Représentant spécial de l'ONU sur les droits humains des personnes déplacées, Walter Kaelin.

« Il est nécessaire d'aboutir à un accord de paix et de restaurer les droits humains des populations déplacées », a-t-il insisté après avoir effectué une visite de près d'une semaine dans le pays.

Le Représentant spécial avait pour mission de mesurer les progrès accomplis depuis sa dernière visite en 2007. « J'ai pu constater que des mesures positives et des progrès ont été réalisés et les autorités m'ont garanti que la situation des déplacés étaient au premier rang de leur priorités nationales », a-t-il précisé.

Depuis son accès à l'indépendance en 1991, l'Azerbaïdjan est engagé dans un conflit avec l'Arménie pour le contrôle de l'enclave du Haut-Karabakh à l'ouest du pays. Malgré les accords de paix signés en 1994 et l'interruption formelle des hostilités, les deux parties n'ont jamais réussi à s'entendre sur les modalités de paix et sur le statut de la région, qui finalement s'autoproclame République du Haut-Karabakh. Depuis 18 ans, cette instabilité a provoqué la fuite des populations.

La construction de logements destinés aux populations déplacées, la construction d'écoles, l'accès à la santé dans les zones rurales les plus isolées sont des progrès significatifs, a noté Walter Kaelin. Il a toutefois appelé les autorités à répondre aux problèmes urgents de logements des déplacés dans les zones urbaines « en construisant de nouveaux appartements », a-t-il recommandé.

« Je m'inquiète sur d'éventuels risques de futures expulsions dans les centres urbains, dues par exemple aux projets immobiliers publics ou privés », a dit le Représentant spécial en précisant que les autorités devaient redoubler d'attention « sur les moyens de subsistance des déplacés dans les nouveaux logements et dans les villes ».

Selon Walter Kealin, la capacité des déplacés à contribuer pleinement à la société azerbaïdjanaise dépend de l'amélioration de leur situation et de la garantie de leur droit à la participation aux décisions « qui concernent leur vie quotidienne ».

Le Représentant spécial a appelé la communauté internationale à soutenir le gouvernement d'Azerbaïdjan dans cet effort, notamment dans la mise en œuvre du processus de paix qui puisse garantir aux déplacés « le respect du droit au retour volontaire ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.