L'ONU appelle à ratifier deux textes pour mieux protéger les enfants

25 mai 2010

L'ONU a appelé mardi tous les Etats à ratifier deux Protocoles optionnels de la Convention relative aux droits de l'enfant (CDE), l'un portant sur la protection des enfants contre la vente, la prostitution et la pornographie des mineurs et l'autre sur l'implication des enfants dans les conflits armés.

« J'appelle tous les pays à ratifier les Protocoles optionnels d'ici deux ans », a insisté le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans un discours prononcé au siège du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF). Ces textes ont dix ans aujourd'hui, mais de nombreux Etats parties prenantes à la Convention n'ont pas ratifié ou même signé ces deux textes qui procurent pourtant « un refuge moral et légal aux enfants vulnérables ».

« L'enfance est le temps de l'innocence et de l'apprentissage, une période pour construire son caractère et trouver sa voie vers l'âge adulte. Du moins, c'est ce que cela devrait être. Mais la triste vérité c'est qu'il y a trop d'enfants dans le monde qui souffrent d'abus épouvantables », a ajouté Ban Ki-moon.

« Les Protocoles optionnels sont une promesse faites aux enfants les plus vulnérables du monde, les enfants nés dans l'extrême pauvreté et le désespoir, les enfants des pays déchirés par les conflits armés et les enfants réduits à l'état de marchandises », a déclaré pour sa part le Directeur général de l'UNICEF, Anthony Lake.

Sur les 190 Etats parties de la CDE, 132 ont ratifié le Protocole optionnel sur l'implication des enfants dans les conflits armés, 25 Etats l'ont signé mais ne l'ont pas ratifié et 36 ne l'ont ni ratifié, ni signé.

La Représentante spéciale pour les enfants et les conflits armés, Radhika Coomaraswamy, a dénoncé « la multitude de conflits où les enfants sont utilisés comme des soldats, des espions, des boucliers humains ou des objets sexuels ». Selon elle, chaque ratification de ce protocole « nous rapproche un peu plus d'un monde dans lequel les enfants ne participent plus aux conflits ».

Ban Ki-moon a pour sa part rappelé les situations alarmantes au Népal, en Côte d'Ivoire et en République démocratique du Congo (RDC) où des enfants sont recrutés dans des milices armés.

Le protocole optionnel relatif à la vente, la prostitution et la pornographie des enfants a été ratifié par 137 Etats, signé mais non ratifié par 27 et ni ratifié, ni signé par 29 pays.

« Dans beaucoup trop d'endroits, les enfants sont considérés comme des marchandises, dans trop de cas ils sont traités comme des criminels au lieu d'être protégés comme des victimes », a déploré le Secrétaire général. La Représentante spéciale sur la violence contre les enfants, Marta Santos, a considéré pour sa part que ce protocole optionnel avait permis « de criminaliser ces crimes contre les enfants et de protéger le droit des victimes ».

« Pour ce dixième anniversaire, souvenons-nous que chaque enfant a le droit de grandir libéré de la peur et de l'exploitation », a conclu Ban Ki-moon.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.