Bosnie : les élections à venir pourraient améliorer le climat politique délétère

24 mai 2010

Le climat politique en Bosnie-Herzégovine demeure « délétère » mais les élections générales qui se dérouleront au mois d'octobre prochain pourraient toutefois impulser un changement salutaire pour le pays, a affirmé lundi le Haut-Représentant pour la Bosnie-Herzégovine et Représentant spécial de l'Union européenne, Valentin Inzko, devant le Conseil de sécurité.

« Le pays fait face à des problèmes qui doivent être rapidement réglés », a dit M. Inzko en soulignant que les agissements contraires à l'Accord de paix de Dayton signés en 1995 ont récemment augmenté et que les « diatribes nationalistes et agressives » se sont multipliées. Le Haut-représentant a déploré que les autorités serbes aient récemment menacé d'organiser un référendum sur l'application de l'Accord de paix de Dayton remettant directement en cause l'entité de la Bosnie-Herzégovine en tant que pays.

Les élections générales d'octobre prochain pourraient contribuer à créer un élan en faveur d'un changement en Bosnie-Herzégovine, en particulier si les jeunes électeurs se rendent en masse dans les urnes, a indiqué Valentin Inzko. Cette évolution aura lieu, a-t-il poursuivi, « si la communauté internationale reste concentrée sur la Bosnie-Herzégovine, le respect de l'Accord de Dayton, et continue de renforcer une atmosphère constructive pour les réformes constitutionnelles ».

Au cours des six derniers mois, les autorités bosniaques n'ont guère progressé vers l'adoption et la mise en œuvre des réformes indispensables, a estimé Valentin Inzko. Cependant, les négociations avec l'Union européenne sur la possibilité pour les citoyens bosniaques de se déplacer sans visas dans l'espace Schengen ont avancé positivement. De même, a affirmé M. Inzko, le 23 avril dernier, l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) a accepté la demande d'adhésion de la Bosnie-Herzégovine.

De plus, les regrets exprimés en mars dernier par le Parlement Serbe sur le massacre de Srebrenica ont constitué une étape importante vers la réconciliation régionale. Selon les estimations, plus de 7.000 hommes et adolescents bosniaques musulmans ont été tués à Srebrenica en juillet 1995. Cependant, ces avancées ont été limitées par la détérioration du climat politique.

« Ces désaccords politiques chroniques surviennent alors que le chômage continue d'augmenter, que le niveau de vie chute et que la capacité des autorités à satisfaire les besoins de bases des citoyens a été systématiquement érodé par la baisses des revenus », a déploré Valentin Inzko.

Selon lui, « la Bosnie-Herzégovine peut évoluer vers une pleine intégration euro-atlantique ». « Je suis sincèrement convaincu que cela peut devenir une réalité », a-t-il conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le TPIY condamne le Serbe Vojislav Seselj à 15 mois de prison pour outrage

La Chambre d'appel du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) a confirmé mercredi la condamnation d'un ancien responsable politique serbe Vojislav Seselj à 15 mois de prison pour outrage au tribunal.