Ban rappelle la place centrale de la sécurité humaine dans l'action de l'ONU

20 mai 2010

A l'occasion d'un débat organisé par l'Assemblée générale des Nations Unies sur la sécurité humaine, le Secrétaire général, Ban Ki-moon, a souligné l'importance de ce concept qui place l'individu au cœur des priorités et des actions de l'ONU.

« Nous vivons dans un monde interconnecté. Les crises d'aujourd'hui vont au-delà des frontières et menacent les vies de millions de personnes autour du globe. Aucune région n'est épargnée, aucun pays n'est immunisé », a dit M. Ban devant l'Assemblée générale. M. Ban a pris pour exemple la crise financière internationale qui a affecté des millions de personnes dont les emplois ont été supprimés ou menacés, la flambée des prix des denrées alimentaires qui a eu des répercussions dans les pays développés autant que dans ceux en développement, la grippe aviaire qui a pris la forme d'une pandémie mondiale?

« Nous devons concentrer nos actions sur des stratégies au cœur desquelles se trouve l'individu (?) mettre l'être humain à l'abri du besoin, le libérer de la peur, lui offrir la liberté de vivre dignement (?) c'est ça la sécurité humaine », a poursuivi Ban Ki-moon.

Apparu dans les années 1990, le concept de « sécurité humaine » élargit la notion traditionnelle de sécurité, auparavant centrée sur la sécurité des Etats. La valeur centrale est l'individu lui-même, au-delà de son appartenance à un État en particulier. La sécurité humaine vise donc à protéger les individus contre des menaces telles que la pauvreté, la famine, la maladie, la criminalité, les catastrophes naturelles, les violations des droits de l'homme, l'arbitraire, la violence sexuelle, l'immigration, les déplacements internes, la traite des êtres humains ou le chômage. « Sécurité de l'emploi, sécurité du revenu, sécurité sanitaire, sécurité de l'environnement, sécurité face à la criminalité : telles sont les formes que revêt aujourd'hui la problématique de la sécurité humaine », explique le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) dans son rapport annuel sur le développement humain de 1994.

Pour le Secrétaire général, la sécurité humaine est la raison d'être des Nations Unies et l'organisation doit continuer de l'intégrer à ces actions. « Au lieu d'ajouter un couche au travail de l'ONU, la sécurité humaine offre un cadre qui permet de renforcer nos actions, de motiver notre travail, de revitaliser nos partenariats », a-t-il ajouté, soulignant que des progrès significatifs avaient été réalisés pour l'intégrer pleinement aux opérations de l'ONU. Exemples les plus significatifs : la définition en 2000 des Objectifs du Millénaire pour le Développement par les Etats Membres ou la création en 1999 d'un Fond des Nations Unies pour la sécurité humaine (UNTFHS).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.