L'UNESCO condamne le meurtre d'un journaliste iraquien

17 mai 2010

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a condamné lundi l'assassinat début mai d'un journaliste à Mossoul, dans le nord de l'Iraq, et a appelé à l'ouverture d'une enquête.

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a condamné lundi l'assassinat début mai d'un journaliste à Mossoul, dans le nord de l'Iraq, et a appelé à l'ouverture d'une enquête.

Le journaliste indépendant Sardasht Osman a été retrouvé mort à Mossoul le 6 mai, deux jours après son enlèvement à Erbil, capitale du Kurdistan iraquien. Agé de 23 ans, il était reporter à Ashtiname et il contribuait régulièrement aux sites internet d'informations Sbei, Awene, Hawlati, et Lvinpress. Il était aussi étudiant en dernière année d'anglais à l'Université d'Erbil.

« Je condamne le meurtre de Sardasht Osman », a déclaré la Directrice générale. « Le recours à la violence dans le but de porter atteinte à la liberté de la presse, fondée elle-même sur ce droit humain fondamental qu'est la liberté d'expression, ne peut être tolérée ; je suis convaincue que les autorités ne ménageront aucun effort pour poursuivre les responsables de l'assassinat de Sardasht Osman ».

Le Comité pour la protection des journalistes a rapporté le témoignage du frère de Sardasht Osman selon lequel celui-ci avait reçu des menaces téléphoniques le pressant d'arrêter de publier des articles critiques des autorités régionales.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Iraq : Ban condamne une vague d'attentats meurtriers

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a vivement condamné mercredi une vague d'attentats à la bombe qui ont fait lundi en Iraq des dizaines de morts et un grand nombre de blessés, la plupart civils.