Attaques des rebelles de la LRA en hausse aux frontières du Soudan, RDC et RCA

14 mai 2010

La fréquence et la brutalité des attaques perpétrées contre les populations civiles par l'Armée de Résistance du Seigneur (LRA) dans la zone transfrontalière de République démocratique du Congo (RDC), du Soudan et de la République Centrafricaine (RCA) sont extrêmement inquiétantes, a indiqué vendredi une porte-parole du Haut commissariat pour les refugiés (HCR) à Genève.

En RCA, entre le 20 mars et le 6 mai 2010, au moins une dizaine d'attaques ont été organisées par les hommes en armes de la LRA au nord du pays dans six villages de la province de Mbomou. Les miliciens ont tué 36 personnes, brûlé de nombreuses maisons et provoqué la fuite de plus de 10.000 personnes, affirme le HCR.

En RDC, entre le 22 et le 26 février dernier, la LRA a fait une incursion dans l'est du pays dans la province du Bas-Uele causant la mort d'une centaine d'hommes, de femmes et d'enfants.

Au Soudan, après avoir multiplié les attaques en août 2009 au sud du pays, le dernier raid du groupe armé a été répertorié le 6 avril dernier et a pu être repoussé par les forces de police soudanaises. Les violences ont fait un mort et de nombreux blessés parmi les populations réfugiées dans cette zone.

Les hommes de la LRA visent les villages isolés et sans protection. Le HCR affirme que d'autres atrocités perpétrées sont sûrement encore inconnues. Depuis décembre 2008, l'épicentre des activités du groupe se trouve dans deux provinces de l'est de la RDC, le Haut-Uele et le Bas-Uele où 1.800 personnes ont été tuées, 2.500 kidnappées et 280.000 autres déplacées. Ces violences ont provoqué la fuite de 20.000 Congolais réfugiés au Soudan et en RCA, estime le HCR.

Selon l'agence onusienne, la Soudan compte également 2.500 déplacés et la RCA environ 87.800.

En visite au début du mois de mai en RDC, le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires des Nations Unies et Coordonnateur des secours d'urgence, John Holmes, avait vivement condamné les violences commises par les rebelles de la LRA dans le nord-est du pays.

« L'Armée de résistance de seigneur [LRA] ne cesse de commettre des atrocités abominables à l'encontre des habitants du district qui sont maintenant déplacés sans espoir de rentrer chez eux dans un futur proche », avait dit M. Holmes lors d'une visite dans le district du Haut-Uele à la frontière avec le Soudan et la RCA. « Ceci est inacceptable. Nous avons besoin de trouver une solution à ce qui est devenu une crise régionale », avait-il ajouté.

La LRA a été créée en 1986 en Ouganda puis a établi son camp de base au Soudan à partir de 1993. Elle intervient depuis 2005 en RDC et depuis 2009 en RCA.

Par ailleurs, une délégation du Conseil de sécurité de l'ONU est arrivée vendredi en RDC. Elle doit rencontrer samedi le Président Joseph Kabila dans la province du Bas-Congo. Menée par l'ambassadeur français auprès de l'ONU, Gérard Araud, la délégation a déjà rencontré le Premier ministre congolais, Adolphe Muzito, et le chef de la Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

En visite en RDC, Holmes condamne les violences de la LRA

En visite en République démocratique du Congo, le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires des Nations Unies et Coordonnateur des secours d'urgence, John Holmes, a vivement condamné les violences commises par les rebelles ougandais de l'Armée de Résistance du Seigneur (LRA) dans le nord-est du pays.