PNUD : Environ 2.000 personnes meurent chaque jour de la violence armée

11 mai 2010

« La violence armée est responsable de la mort de 740.000 personnes chaque année, soit 2.000 par jour », a affirmé mardi un responsable du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), Adam Rogers, à la veille de l'ouverture le 12 mai, à Genève, d'une Conférence internationale sur la violence armée qui doit réunir plus de 60 pays.

La réunion devait initialement se tenir en avril à Oslo, en Norvège, mais les perturbations du trafic aérien en Europe ont amené les organisateurs –gouvernement norvégien et PNUD- à la reporter au mois de mai, à Genève. Les représentants de près de 60 pays examineront les moyens concrets d'endiguer la violence armée dans le monde, un fléau qui remet en cause le développement de nombreux pays et plus généralement la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) définis par l'ONU en 2000.

« Avec la quantité d'armes légères qui circulent dans les rues et entre les mains des gangs criminels, il devient de plus en plus difficile d'atteindre les objectifs humanitaires et de développement définis dans les OMD », a regretté Adam Rogers, lors d'une conférence de presse préparatoire à Genève. Rappelant qu'environ 90% des décès dus à la violence armée survenaient dans les pays à bas et moyens revenus, il a souligné l'impact dévastateur de cette violence sur l'éducation, la santé et la lutte contre la pauvreté. L'objectif de la Conférence d'Oslo est d'introduire la réduction et la prévention de la violence armée au processus de réalisation des OMD.

Il y a urgence, car « la crise financière globale plongera 90 millions de personnes supplémentaires dans la pauvreté et le besoin de cibler les racines de la violence n'a jamais été aussi pressant », a insisté le Directeur adjoint du Bureau du PNUD pour la prévention des conflits et le rétablissement, Miguel Bermeo. Il évalue le coût de la violence armée à 163 milliards de dollars, « soit plus du total des dépenses de l'aide publique au développement ». « La Conférence sera l'occasion de garantir l'intégration des problèmes liés à la violence armée aux délibérations du Sommet d'examen des ODM qui se tiendra en septembre, à new York », a-t-il ajouté.

La Conférence s'efforcera également de trouver un accord sur une série d'engagements concernant des mesures pratiques pour une réduction mesurable de la violence armée d'ici à 2015. Ces mesures, qui s'articulent autour de thèmes comme l'assistance aux victimes, l'intégration aux programmes de développement, la quantification des violences grâce à des critères établis, sont contenus dans les Engagements d'Oslo. Etabli après des consultations avec les Etats signataires de la Déclaration de Genève sur le lien entre violence armée et développement humain et à partir des conclusions du rapport du Secrétaire général Ban Ki-moon sur la violence armée, ce document sera présenté, discuté et adopté par les participants.

En septembre 2000, les dirigeants de la planète réunis à New York ont adopté la Déclaration du millénaire dans laquelle ils ont prévu la réalisation de huit grands Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) d'ici 2015. Il s'agit notamment de réduire de moitié l'extrême pauvreté, d'assurer une éducation primaire pour tous, de promouvoir l'égalité des sexes, de réduire la mortalité infantile, de combattre des maladies telles que le VIH/sida et le paludisme et d'assurer un environnement durable.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.