Ban : Les zones exemptes d'armes nucléaires sont un exemple à suivre

30 avril 2010

Les zones exemptes d'armes nucléaires qui ont été instaurées dans plusieurs régions du monde ont permis de changer les attitudes et sont un élément clé de la stratégie des Nations Unies pour un monde sans armes nucléaires, a déclaré vendredi le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

« Les zones exemptes d'armes nucléaires ont permis de prévenir la prolifération nucléaire. Elles ont un puissant exemple ce qu'on peut atteindre avec de la volonté politique », a-t-il ajouté dans un discours à la 2e conférence des Etats parties et signataires des traités qui établissent les zones exemptes d'armes nucléaires, au siège de l'ONU à New York.

Ces zones « ajoutent du poids aux arguments des gouvernements et des populations à travers le monde qui rejettent fermement ces armes », a-t-il ajouté. « Elles ont aidé à changer les attitudes. Et c'est seulement en changeant les attitudes que nous changerons le monde ».

Pour l'instant, plus d'une centaine d'Etats ont adhéré aux cinq zones exemptes d'armes nucléaires qui existent aujourd'hui (Amérique latine et Caraïbes, Pacifique Sud, Asie du Sud-Est, Afrique et Asie centrale). Au cours de l'année passée, les traités établissant deux nouvelles zones, en Asie centrale et en Afrique, sont entrés en vigueur.

Le Secrétaire général a rappelé que la résolution sur l'établissement d'une zone exempte d'armes de destruction massive au Moyen-Orient avait été adoptée il y a 15 ans. « Il est vraiment temps que l'on fasse des progrès pour la réaliser », a-t-il dit.

M. Ban a également souhaité que la coopération entre les zones soit renforcée, en particulier concernant l'usage pacifique de l'énergie nucléaire et la protection de l'environnement. Il a aussi estimé que l'entrée en vigueur du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires renforcerait le statut des zones exemptes d'armes nucléaires.

M. Ban a tenu ces propos quelques jours avant l'ouverture lundi à New York de la Conférence d'examen du Traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP), à laquelle doit participer le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad. Le programme nucléaire iranien suscite l'inquiétude de la communauté internationale.

De son côté, le Haut représentant de l'ONU pour les affaires de désarmement, Sergio Duarte, a estimé que cette Conférence d'examen allait se dérouler dans une atmosphère bien plus positive que lors de la précédente réunion en 2005, grâce notamment à la décision des Etats-Unis et de la Russie de réduire fortement leurs arsenaux nucléaires.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.