L'UNESCO demande une enquête sur la mort d'un journaliste camerounais

29 avril 2010

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a fait part de sa sérieuse préoccupation à la suite du décès en détention de Ngota Ngota Germain, directeur de l'hebdomadaire Cameroun Express le 22 avril, et elle a demandé l'ouverture d'une enquête approfondie sur les circonstances de sa mort.

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a fait part de sa sérieuse préoccupation à la suite du décès en détention de Ngota Ngota Germain, directeur de l'hebdomadaire Cameroun Express le 22 avril, et elle a demandé l'ouverture d'une enquête approfondie sur les circonstances de sa mort.

« Je suis attristée par la mort de Ngota Ngota Germain », a-t-elle déclaré. « La détention et le décès de journalistes constituent une perte pour toute société ; il s'agit de la perte d'un regard et d'une voix susceptibles d'informer le public sur des questions qui nous concernent tous. Je suis convaincue que les autorités feront tout ce qui est en leur pouvoir pour faire la lumière sur cette mort tragique et sur les conditions de la détention de Ngota Ngota Germain », a conclu Irina Bokova.

Le journaliste, qui était détenu depuis près de deux mois à la maison d'arrêt de Kondengui à Yaoundé, souffrait d'asthme et d'hypertension artérielle, selon l'organisation Reporters sans frontières.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : L'UNESCO condamne le meurtre d'un journaliste congolais

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a condamné jeudi l'assassinat d'un journaliste de télévision indépendant Patient Chebeya Bankome le 5 avril dans la ville de Béni dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC).