Sahara occidental : En l'absence de progrès, Ban appelle à faire preuve d'imagination

12 avril 2010
Enfants sahraouis dans l'école d'un camp en Algérie

Dans son dernier rapport sur la situation au Sahara occidental, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé les parties à « faire montre d'imagination et de créativité pour que des progrès puissent être réalisés » dans les négociations sur ce territoire où une mission de maintien de la paix de l'ONU, la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO), est présente depuis 1991.

Dans son dernier rapport sur la situation au Sahara occidental, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé les parties à « faire montre d'imagination et de créativité pour que des progrès puissent être réalisés » dans les négociations sur ce territoire où une mission de maintien de la paix de l'ONU, la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO), est présente depuis 1991.

Se félicitant que « les parties continuent d'être déterminées à poursuivre les négociations », et « qu'elles soient disposées à discuter dans le cadre des réunions préparatoires informelles », il a souligné que « néanmoins, les deux réunions informelles qui se sont tenues en août 2009 et en février 2010 n'ont pas permis d'avancer sur les principaux problèmes de fond ».

« Il reste encore beaucoup à faire pour qu'un cinquième cycle de pourparlers officiels puisse être organisé », a-t-il noté, rappelant qu' « après la deuxième réunion informelle, il est devenu évident qu'aucune des parties n'était disposée à accepter la proposition de l'autre comme la seule base des futures négociations et que rien dans leurs relations ou dans le contexte régional ou international n'était susceptible de modifier cet état de fait dans un avenir proche ».

Dans ce rapport, le Secrétaire général exprime sa préoccupation en raison de la poursuite des violations de l'accord militaire no 1 par les parties. « C'est à elles qu'il incombe de veiller à ce qu'aucune violation ne soit commise par leurs forces militaires, et je les exhorte à respecter intégralement les dispositions des accords militaires et à coopérer pleinement avec la MINURSO », est-il écrit.

En outre, « la dimension humaine du conflit, notamment le sort des réfugiés du Sahara occidental, est un sujet d'inquiétude croissante ». Ban Ki-moon prie instamment les parties de confirmer qu'elles approuvent l'expansion du programme de visites familiales et d'accélérer leurs consultations avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) en vue de sa mise en œuvre, « car cela permettrait à un bien plus grand nombre de personnes au Sahara occidental et dans les camps de réfugiés d'y participer ».

Autre sujet de préoccupation pour le Secrétaire général : les droits de l'homme. « Chacune des parties accuse l'autre de violations commises à l'encontre des Sahraouis dans le territoire et les camps de réfugiés et toutes deux nient les accusations portées contre elles », note-t-il.

Le rapport souligne que « le nombre d'accidents provoqués par les mines terrestres et les restes explosifs de guerre dans la région a diminué ; cependant, l'augmentation du nombre de victimes appelle l'attention sur la nécessité urgente d'améliorer la coordination des efforts et d'intensifier les opérations ».

Compte tenu des circonstances sur le terrain et au vu des efforts que son Envoyé personnel, Christopher Ross, continue de déployer, le Secrétaire général estime que la présence de la MINURSO demeure indispensable pour le maintien du cessez-le-feu au Sahara occidental. Il recommande donc au Conseil de sécurité de proroger le mandat de la Mission pour une nouvelle période d'un an, jusqu'au 30 avril 2011.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.