Afrique du Sud : La 'fièvre de la Vallée du Rift' menace humains et bétail

31 mars 2010

L'Afrique du Sud connaît actuellement une éruption de 'fièvre de la Vallée du Rift' (FVR), qui a provoqué la mort de deux personnes et menace de contaminer le bétail dans sept des neuf provinces que compte le pays, a alerté l'Institut national des maladies transmissibles (NICD).

« Il est difficile de comparer avec les éruptions passées. Pour l'instant, il s'agit d'une grande et importante éruption », a déclaré la Représentante adjointe du NICD, Lucille Blumberg.

On dénombre 80 agriculteurs qui ont reporté des cas de fièvre de la Vallée du Rift et le décès de têtes de bétail.

L'élevage de bétail est la principale activité agricole de l'Afrique du Sud et constitue 49% de la production nationale. « L'Afrique du Sud produit 85% de ses besoins en viande et 15% sont importées de Namibie, Botswana, Swaziland, Australie, Nouvelle Zélande et Europe », indique le gouvernement.

Les conséquences d'une propagation de la fièvre de la Vallée du Rift (FVR) pourraient avoir des conséquences désastreuses sur l'économie.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS), indique que la transmission à l'homme s'établit au contact d'animaux infectés ou de tissus ou liquides infectés. La forme développée par l'homme reste généralement bénigne se caractérisant par un syndrome grippal avec installation brutale de fièvre et de céphalées. Mais aucun cas de transmissions entre être humains n'a été reporté à ce jour.

Entre 1974 et 1976, une grande épidémie de fièvre de la Vallée du Rift avait touché 10.000 personnes et 20.000 animaux en Afrique de Sud.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

OMS : Changer les comportements, un défi majeur pour la santé mondiale

Malgré des progrès dans de nombreux domaines de la santé, le monde est toujours confronté à des défis persistants, du manque d'argent et de moyens à la résistance de nombreuses personnes à adopter les changements nécessaires dans leur mode de vie, a souligné aujourd'hui Margaret Chan, Directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).