Séropositifs : Des parlementaires appellent à lever les restrictions au voyage

29 mars 2010

L'Union interparlementaire, qui réunit des parlementaires du monde entier, a appelé dimanche tous les pays, lors d'une réunion à Bangkok, à abroger les restrictions au voyage imposées aux personnes vivant avec le VIH et à réduire la stigmatisation et la discrimination liées au VIH, a indiqué le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA).

L'Union interparlementaire, qui réunit des parlementaires du monde entier, a appelé dimanche tous les pays, lors d'une réunion à Bangkok, à abroger les restrictions au voyage imposées aux personnes vivant avec le VIH et à réduire la stigmatisation et la discrimination liées au VIH, a indiqué le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA).

« L'Union interparlementaire et l'ONUSIDA prient instamment les parlementaires des pays appliquant de telles restrictions de jouer un rôle déterminant pour les abroger. Les deux organisations encouragent également les parlementaires à soutenir les lois et les dispositifs d'application des lois qui visent à protéger les personnes vivant avec le VIH de la discrimination liée à leur séropositivité », a souligné ONUSIDA dans un communiqué.

« En imposant des restrictions au voyage et au déplacement aux personnes vivant avec le VIH, nous les privons inutilement de leur dignité et de droits égaux », a déclaré Theo-Ben Gurirab, Président de l'Union interparlementaire. « Les parlementaires ont le devoir de protéger tous les citoyens, y compris ceux qui vivent avec le VIH ».

Il existe 52 pays, territoires et zones qui imposent sous une forme ou une autre des restrictions à l'entrée, au séjour et à la résidence fondées sur le VIH et la séropositivité. Celles-ci incluent des restrictions qui interdisent totalement l'entrée des séropositifs pour quelque raison ou quelque durée que ce soit, ou qui interdisent des séjours de courte durée (pour un voyage touristique, par exemple), ou des séjours plus longs dans des perspectives d'immigration, de migration pour le travail, d'asile, d'études, d'emploi international ou de service consulaire.

« Les restrictions au voyage imposées aux personnes vivant avec le VIH ne protègent pas la santé publique et sont désuètes à l'ère de l'accès universel à la prévention et au traitement du VIH », a déclaré Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA. « Les parlementaires peuvent jouer un rôle vital en abrogeant des lois et des restrictions discriminatoires ».

L'ONUSIDA suit de près les pays qui continuent d'appliquer ces restrictions et a décidé que 2010 serait « l'année de l'égalité des droits de tous à se déplacer librement dans le monde ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU presse les Etats d'améliorer l'accès au traitement contre le VIH/sida

Le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) a lancé aujourd'hui un appel aux Etats pour qu'ils assurent l'accès universel à la prévention et au traitement du VIH/sida.