Nigéria : L'ONUDI apporte son aide pour un projet de transformation du manioc

25 mars 2010

Afin de développer les capacités de production agricole des communautés au Nigéria l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) et le gouvernement japonais vont financer un projet de transformation du manioc à Oyo, village situé au sud-ouest du pays, a indiqué l'ONUDI.

« Les composants qui seront fournis grâce à cet argent comprennent des équipements de transformation du manioc tel que des râpes, un système de séchage, un moulin et un puits », a déclaré Reuben Bamidele, un responsable de l'ONUDI au Nigéria.

L'objectif est de développer un système innovant de séchage pour transformer le manioc et accroître la production agricole. Cela permettra de dynamiser le secteur agricole et de générer des revenus pour les populations vulnérables.

L'organisation non-gouvernementale Ifelodun Cassava Processing recevra presque 200.000 dollars pour réaliser le projet.

« Le rôle de l'ONUDI est de fournir aux petits exploitants un soutien technique qui augmentera la productivité et la qualité des produits afin de leur permettre d'atteindre les standards internationaux », a dit M. Bamidele.

Ce projet intervient alors que le Rapporteur spécial de l'ONU sur le droit à l'alimentation, Olivier De Schutter, avait au début du mois de mars appelé les Etats et les entreprises à aider les petits exploitants agricoles. Il avait notamment listé une série d'outils et de réformes que les Etats et les entreprises peuvent mettre œuvre comme la création de coopératives d'agriculteurs et de programmes de renforcement des capacités des petits exploitants.

Malgré les 3 milliards de dollars d'aide alimentaire annuelle et les 33 milliards de dollars de produits alimentaires importés chaque année, l'Afrique compte 265 millions de personne sous-alimentées, selon la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA).

« La part de l'agriculture africaine dans l'économie mondiale a chuté de 15% en 1960 à 5,4% dans les années 1980 et à 3,2% en 2006 », indiquait le Directeur de la sécurité alimentaire et du développement durable de la CEA, Josue Dione, lors d'une conférence en mars à Abuja au Nigéria sur le commerce et l'industrie agroalimentaire en Afrique.

Les 33 milliards de dollars dépensés pour importer des produits alimentaires devraient être utilisés pour développer l'agriculture intérieure, ce qui contribuera à réduire la pauvreté, assurera la sécurité alimentaire et repositionnera l'Afrique dans l'économie globale, indiquait la CEA.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU exhorte Etats et entreprises à mieux protéger les petits exploitants agricoles

Les Etats et les entreprises doivent aider les petits exploitants agricoles qui souffrent de la concurrence inégale des entreprises agroalimentaires, a dit le Rapporteur spécial de l'ONU sur le droit à l'alimentation, Olivier De Schutter, à l'occasion de la publication vendredi de son second rapport annuel.