Chypre : L'ONU dément l'existence d'un appel pour un sommet sur le statut de l'île

15 mars 2010

Contrairement à ce que prétendent récemment certains medias, les négociations menées par l'ONU sur le différent entre grecs et turcs concernant l'unification de Chypre n'ont pas abouti à un appel en faveur d'un sommet pour renégocier le pacte de 1960 garantissant la souveraineté de l'île, a fait savoir lundi le Conseiller spécial de la Force des Nations Unies chargée du maintien de la paix à Chypre (UNFICYP), Alexandre Downer.

M. Downer a déclaré « n'avoir jamais fait un tel appel et il est regrettable que ces affirmations incorrectes n'aient pas été vérifiées ». La question de la sécurité sera discutée comme un élément des négociations en cours, qui sont menées par les dirigeants Chypriotes grecs et Chypriotes turcs, a-t-il précisé.

En visite à Chypre en février dernier, le Secrétaire général des Nations Unies avait exhorté les dirigeants des deux communautés à redoubler d'efforts pour que la population de l'île puisse avoir une vie pleinement libre, démocratique et prospère.

« En tant que citoyen coréen, je viens d'un pays qui est toujours divisé entre le sud et le nord, et j'ai pu constater de visu la très triste réalité, le vide, les destructions et tous ces sentiments douloureux que je partage avec la population de Chypre », avait-il déclaré au point de passage de la rue Ledra/Lokmaci, rouvert en 2008.

Ban Ki-moon avait enfin estimé que « résoudre le problème de Chypre inspirerait tous ceux dans le monde qui tentent de résoudre des conflits apparemment insolubles ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ban aux dirigeants de Chypre : « Votre destin est entre vos mains »

Arrivé dimanche à Chypre, le Secrétaire général des Nations Unies a exhorté les dirigeants des deux communautés à Chypre à redoubler d'efforts pour que la population de l'île puisse avoir une vie pleinement libre, démocratique et prospère.