Haïti : Un général brésilien nommé à la tête de la force de la MINUSTAH

11 mars 2010

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a nommé jeudi le général brésilien Luiz Guilherme Paul Cruz, Commandant de la force de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH).

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a nommé jeudi le général brésilien Luiz Guilherme Paul Cruz, Commandant de la force de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH).

Il remplace un autre Brésilien, le général Floriano Peixoto Vieira Neto, qui a été félicité par Ban Ki-moon pour le travail et le professionnalisme dont il a fait preuve à la tête de la force de la MINUSTAH.

Le général Paul Cruz, né en 1957, a fait preuve d'une capacité à diriger et d'une expérience opérationnelle grâce aux responsabilités qu'il a eues au sein de la MINUSTAH, souligne l'ONU dans un communiqué.

En 2008, il avait été nommé à la tête du bataillon brésilien au sein de la MINUSTAH. Après avoir été promu en 2008 au grade de général, il avait été nommé Commandant de la 5ème brigade blindée, son poste le plus récent.

Militaire au sein de l'armée brésilienne depuis 1972, il a également dirigé le bataillon de police militaire à Brasilia entre 2002 et 2003.

Depuis le séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier dernier et fait plus de 220.000 morts et 1 million déplacés, la force de la MINUSTAH a été renforcée atteignant 8.940 militaires et 3.711 policiers pour faire face à l'urgence et secourir les populations vulnérables.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Haïti : L'ONU appelle à mettre les droits des déplacés au cœur de la reconstruction

Une solution durable basée sur les droits de l'homme des personnes déplacées à l'intérieur d'Haïti est une composante essentielle du processus de rétablissement et de reconstruction après le séisme du 12 janvier, selon un panel d'experts réunis au siège des Nations Unies à Genève.