Femmes : l'ONU appelle à faire de l'égalité des sexes une réalité

8 mars 2010

A l'occasion de la Journée internationale de la femme célébrée lundi, plusieurs hauts responsables des Nations Unies ont appelé à soutenir davantage les femmes, notamment dans les pays en développement, afin qu'elles puissent contribuer à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) d'ici 2015.

Dans un message, le Secrétaire général Ban Ki-moon a souligné que « le troisième Objectif du Millénaire, réaliser l'égalité entre les sexes et l'autonomisation des femmes, est au centre de tout le reste. Lorsque les femmes se voient refuser la possibilité d'améliorer leurs conditions et leurs sociétés, nous sommes tous perdants ».

« Aussi longtemps que les femmes et les filles ne seront pas libérées de la pauvreté et l'injustice, tous nos objectifs, la paix, la sécurité et le développement durable, sont en danger", a- t-il ajouté.

L'Organisation internationale du Travail (OIT) s'est également jointe à l'appel à l'égalité des droits et des chances pour tous par la voix de son Directeur général, Juan Somavia, qui a souligné que la crise économique mondiale menaçait les progrès récents des femmes dans le domaine de l'emploi.

Un nouveau rapport de l'agence sur les femmes dans le marché du travail montre qu'un nouvel écart entre les sexes pourrait se creuser. « Bien que la proportion de femmes dans la population active globale augmente, elles restent surreprésentées dans les catégories des personnes mal rémunérées, précaires, à temps partiel, à domicile ou dans le travail informel, et elles continuent d'être sous-évaluées en matière de salaire, à travail égal », a-t-il indiqué.

M. Somavia a ajouté que la crise économique est également l'occasion de façonner de nouvelles réponses politiques d'égalité des sexes. « Quand les gouvernements conçoivent et mettent en œuvre des plans de relance budgétaire, par exemple, il est important de reconnaître les inégalités auxquelles elles peuvent être confrontées sur le marché du travail ».

Kandeh K. Yumkella, le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), a estimé que la clé pour améliorer les opportunités pour les femmes dans le monde en développement et les sortir de la pauvreté était de leur offrir les compétences, le savoir-faire, les technologies et les financements pour leur permettre de s'engager dans des activités productives et d'en tirer un revenu.

S'exprimant à Abuja, au Nigeria, où il assiste à une conférence de haut niveau sur le développement de l'agro-industrie en Afrique, M. Yumkella a noté qu'assurer l'égalité des droits et des chances des femmes est essentiel si les pays en développement veulent réaliser les autres OMD.

L'ONUDI concentre ses efforts sur la réalisation de quatre des huit OMD, notamment sur la promotion de l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes.

« Si les femmes sont en mesure d'accéder au crédit pour investir dans des entreprises commerciales, aux marchés pour vendre leurs produits et aux connaissances pour développer leurs entreprises, elles seront dans une meilleure position pour contribuer à la croissance économique et au développement », a-t-il déclaré.

En Afrique rurale, les femmes sont principalement engagées dans diverses formes d'activités agricoles, et l'ONUDI estime qu' « avec le soutien et la formation adéquates, les femmes peuvent être encouragées à s'engager dans des activités agricoles plus rentables et améliorer leurs moyens de subsistance ».

Cette année, la Journée internationale de la femme a lieu alors qu'on célèbre le quinzième anniversaire de l'adoption de la Déclaration de Beijing et du Programme d'action qui y est rattaché. Il s'agit du cadre le plus complet des politiques mondiales pour atteindre les objectifs en matière d'égalité des sexes, de développement et de paix.

Les dirigeants du monde réunis lors du sommet dans la capitale chinoise avaient déclaré que la pleine participation des femmes dans toutes les sphères de la société, y compris la prise de décisions et l'accès au pouvoir, est fondamentale pour le développement et la paix.

« Nous ne verrons pas un progrès durable si nous ne comblons pas les failles des systèmes de santé et de la société pour faire en sorte que les filles et les femmes jouissent d'un accès égal aux informations et aux services de santé, à l'éducation, à l'emploi et à la sphère politique », a déclaré le chef de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Margaret Chan.

«Aujourd'hui, nous devons tous unir nos forces pour s'assurer que la santé des femmes et des filles n'est pas mise en péril tout simplement parce qu'elles sont nées femmes », a-t-elle dit.

Le président de l'Assemblée générale de l'ONU, Ali Treki, a rappelé dans une déclaration que « les Nations Unies ont toujours été à l'avant-garde de cet effort à travers les activités des programmes, fonds et bureaux chargés de traiter les divers aspects de l'égalité des sexes ».

« Ensemble, employons-nous à éliminer toutes les formes de discrimination sexiste en faisant en sorte que non seulement il ne reste plus de lois qui portent directement atteinte aux femmes, mais aussi que tout soit en place pour permettre aux femmes de vivre réellement sur un pied d'égalité avec les hommes », a-t-il déclaré.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.