Guinée : Les vols humanitaires menacés par un manque de fonds

2 mars 2010

Le Service aérien d'aide humanitaire des Nations Unies en Guinée, administré par le Programme alimentaire mondial (PAM), pourrait être interrompu avant la fin du mois de mars en raison d'un déficit de financement qui s'élève à plus de trois millions de dollars.

Le Service aérien d'aide humanitaire des Nations Unies en Guinée, administré par le Programme alimentaire mondial (PAM), pourrait être interrompu avant la fin du mois de mars en raison d'un déficit de financement qui s'élève à plus de trois millions de dollars.

« Je suis profondément préoccupée par les conséquences de cette possible interruption, en l'absence d'alternatives pour le transport aérien », a déclaré la Directrice du PAM en Guinée, Fatma Samoura. « Les Nations Unies estiment qu'1,8 million de personnes en Guinée pourraient en ressentir les effets ».

En 2009, le Service aérien a transporté 5.858 passagers et 85 tonnes de matériels de secours. Il a également procédé à quatre évacuations médicales d'employés humanitaires.

Le Coordonnateur de l'action humanitaire en Guinée, Anthony Ohemeng-Boamah, a souligné que « l'instabilité politique et sécuritaire qui perdure dans le pays exige que la capacité de réaction sûre et rapide du Service aérien soit préservée ».

Les vols ont été mis en place en Guinée afin de faciliter les déplacements du personnel humanitaire et le transport de l'aide de secours d'urgence, ainsi que pour assurer le lien avec d'autres pays d'Afrique de l'Ouest comme la Sierra Leone, la Côte d'Ivoire et le Libéria.

En Guinée, les vols couvrent les régions de Haute Guinée et de Guinée Forestière, cette dernière étant coupée du reste du pays durant toute la saison des pluies, des mois de juin à octobre.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Guinée : le Conseil de sécurité salue les récents développements positifs

Le Conseil de sécurité, par la voix du représentant permanent de la France qui le préside ce mois-ci, a salué mardi les récents développements positifs en Guinée, tout en restant préoccupé par la situation.