Ban juge fâcheuse l'escalade dans la querelle entre la Suisse et la Libye

26 février 2010

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, juge fâcheux que la querelle entre la Suisse et la Libye ait abouti à une telle escalade, après l'appel lancé jeudi par le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi à la guerre sainte contre la Suisse, a dit vendredi son porte-parole, Martin Nesirky.

M. Ban « croit fermement que les divergences d'opinion doivent être résolues de manière pacifique à travers le dialogue », a-t-il ajouté en réponse à une question d'un journaliste lors de son point de presse quotidien au siège de l'ONU à New York.

« Le Secrétaire général a appelé de manière constante à la tolérance et à la compréhension entre les différentes religions », a précisé M. Nesirky.

Selon la presse, le dirigeant libyen a appelé jeudi à la guerre sainte contre la Suisse pour son interdiction de construire des minarets et a appelé les musulmans du monde entier à boycotter les produits suisses et à interdire les avions et navires helvètes dans leurs ports et aéroports.

En novembre dernier, les électeurs suisses ont approuvé par référendum l'interdiction de construire de nouveaux minarets. La Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, avait jugé discriminatoire cette interdiction.

Les relations entre la Libye et la Suisse sont très tendues depuis l'arrestation de l'un des fils de Mouammar Kadhafi, Hannibal, et son épouse, en 2008 dans un hôtel de luxe de Genève, après des accusations de mauvais traitements sur leurs domestiques.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La Libye veut faire de l'Assemblée générale un vrai organe législatif de l'ONU

Le dirigeant libyen Muammar al-Qadhafi a souhaité mercredi que les résolutions de l'Assemblée générale de l'ONU deviennent obligatoires et que cet organe devienne le principal organe législatif des Nations Unies, lors d'un discours de près d'une heure et demie mercredi à l'Assemblée générale de l'ONU.