Côte d'Ivoire : L'ONUCI rassurée par le consensus atteint par la classe politique

26 février 2010

L'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) s'est dite rassurée vendredi par le consensus auquel est arrivée la classe politique ivoirienne après la formation du nouveau gouvernement et la constitution de la nouvelle direction de la Commission électorale indépendante (CEI).

Ce consensus a contribué à résoudre la tension politique, malgré les difficultés inhérentes à toute entreprise de cette nature, a indiqué le porte-parole de la mission, Hamadoun Touré, lors d'un point de presse. « Cela montre la pertinence de l'Accord Politique de Ouagadougou fondé sur l'appropriation nationale, la facilitation régionale et l'accompagnement international », a-t-il ajouté.

L'ONUCI estime que le climat ainsi créé est favorable à la poursuite des tâches essentielles devant conduire à la tenue de l'élection présidentielle au cours de la période annoncée de fin avril/début mai, a dit M. Touré.

Il s'agit notamment de la poursuite du traitement du contentieux sur l'inscription sur la liste électorale provisoire qui doit aboutir à la production de la liste électorale définitive, a-t-il indiqué. Il a également cité la confection des cartes d'identité et des cartes d'électeur ainsi que leur distribution avant le transport du matériel électoral et l'ouverture de la campagne électorale.

Le porte-parole a souligné la nécessité d'un engagement des protagonistes du processus de sortie de crise et d'un appui sans faille de la communauté internationale. Dans ce cadre, il a réitéré le soutien de l'ONUCI à la préservation des acquis, au maintien du calme et à la mise en œuvre des dernières mesures devant aboutir à l'élection présidentielle.

Interrogé sur la réaction de l'ONUCI face à des tensions qui pourraient survenir suite à la constitution de la nouvelle direction de la CEI, M. Touré a répondu qu'il fallait éviter ce genre d'affrontements. « Nous venons à peine d'émerger d'une période de tension qui a causé des morts dans certaines villes », a-t-il rappelé.

Relayant les appels au calme du chef de l'ONUCI à la jeunesse ivoirienne, M. Touré a estimé que le consensus obtenu était tout neuf et fragile, et que par conséquent, tout le monde devait aider à le renforcer, à le consolider et à le maintenir.

S'agissant d'un éventuel report de la période électorale, le porte-parole a précisé qu'il appartenait à la nouvelle CEI de prendre cette décision. « Ce n'est pas à l'ONUCI de fixer des dates ou des périodes pour les élections», a-t-il indiqué, notant que la mission ferait tout pour mettre à la disposition des partenaires ivoiriens les outils dont ils ont besoin pour respecter la nouvelle période qu'ils auront fixée.

Le Président ivoirien Laurent Gbagbo avait dissous le 12 février le gouvernement et la Commission électorale en raison d'un différend sur les listes d'électeurs. Ces développements ont renvoyé à une date indéfinie le scrutin présidentiel, qui a déjà été repoussé à de nombreuses reprises.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Côte d'Ivoire : L'ONUCI s'efforce de garder intacte la dynamique électorale

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en Côte d'Ivoire, YJ Choi, maintient des contacts étroits avec tous les protagonistes du dossier ivoirien afin de s'assurer que le pays sorte de l'impasse actuelle sans conséquences préjudiciables au processus de paix, a indiqué jeudi à Abidjan, le porte-parole de l'ONUCI.